Mahler – Symphonie n°1 – Écoutes comparées – 1/4

Mahler – Symphonie n°1 – Écoutes comparées

callot

On reste toujours attaché à cette symphonie : malgré ses ficelles, sa fraîcheur étonne toujours et surtout captive.

Les quelques personnes qui me suivent savent combien je chéris Kubelík dans Mahler, vainqueur haut la main d’une écoute comparée de la 9e. Je dois en avoir au moins 6 versions par lui, une vieille « disccomp » avec mes acolytes de l’époque le classait 2 fois en premier, mais on n’avait pas autant de versions sous la main qu’aujourd’hui, notamment Walter, Horenstein et la 1ère de Solti. On en est à au moins 269 versions discographiques (studio et concert sans compter les DVD…) et on a accès à plus de 90, y compris la dernière en date, celle du wonderboy Nézet-Séguin. On passera Blumine.

Rappelons les « emprunts » : Ging heut morgen übers Feld des Lieder eines fahrenden Gesellen cité textuellement dans le 1er mouvement, une réminicence moins évidente du Lied Hans und Grethe dans le 2e, Frère Jacques évidemment dans le 3e, ainsi que le 4e des Lieder eines fahrenden Gesellen, Die zwei blauen Augen et certains ont vu des emprunts à la Faust de Liszt ou à Parsifal.

Marion Weber
Marion Weber

Enfin, pour Henry Louis de la Grange, le dernier mouvement reflète ses démêlées sentimentales avec Marion Weber, petite-fille de Carl-Maria et alors mariée et mère de quatre enfants…

On trouvera des éléments d’analyse de l’œuvre ici.

 

La liste des versions (manque par exemple Svetlanov):

1939 Bruno Walter – NBC Symphony Orchestra
1942 Bruno Walter – New York Philharmonic Symphony Orchestra
1947 Bruno Walter – Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam
1951 Dimitri Mitropoulos – New York Philharmonic
1952 Jasha Horenstein – Wiener Symphoniker
1953 William Steinberg – Pittsburgh Symphony Orchestra
1954 Paul Kletzki – Israel Philharmonic Orchestra
1954 Rafael Kubelik – Wiener Philharmoniker
1954 Hermann Scherchen – Philharmonic Symphony Orchestra of London
1954 Bruno Walter – New York Philharmonic
1956 Rafael Kubelik – Orchestra Sinfonica di Torino della RAI
1957 Georg Solti – Kölner Rundfunk-Sinfonie-Orchester
1958 Adrian Boult – London Philharmonic Orchestra
1960 Georges Sebastian – Orchestre Philarmonique de la RTF – sur Qobuz mais ne fonctionne pas…
1961 Paul Kletzki – Wiener Philharmoniker
1961 Hans Rosbaud – Sinfonieorchester des Südwestfunks Baden-Baden
1961 Bruno Walter – Columbia Symphony Orchestra
1962 Bernard Haitink – Concertgebouw
1962 Erich Leinsdorf – Boston Symphony orchestra
1962 Otmar Suitner – Dresden Staatskapelle
1964 Karel Ancerl – Ceska Filharmonie
1964 Georg Solti – London symphony orchestra
1964 Willem Van Otterloo – Wiener Festpiele Orchester
1966 Leonard Bernstein – New York Philharmonic
1967 Rafael Kubelik – Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks
1967 Igor Markevitch – Orchestra della RAI, Torino
1967 Igor Markevitch – Orchestre National de l’ORTF
1969 Kirill Kondrachine – Moscow Philharmonic Orchestra
1969 Jacha Horenstein – London symphony orchestra
1969 Eugene Ormandy – Philadelphia orchestra
1971 Erich Leinsdorf – Royal Philharmonic Orchestra
1972 Bernard Haitink – Concertgebouw
1974 Maurice Abravanel – Utah Symphony Orchestra
1974 Zubin Mehta – Israel Philharmonic Orchestra
1975 Rafael Kubelik – London Symphony Orchestra (exemplaire trop mauvais)
1977 Seiji Ozawa – Boston Symphony Orchestra
1977 Klaus Tennstedt – London Philharmonic Orchestra
1979 Herbert Kegel – Dresdner Philharmonie
1979 Rafael Kubelik – Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks
1979 Vaclav Neumann – Czech Philharmonic
1980 Rafael Kubelik – Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks
1981 Claudio Abbado – Chicago Symphony Orchestra
1981 Leonard Slatkin – Saint-Louis Symphony Orchestra
1983 Georg Solti – Chicago symphony orchestra
1983 Arpad Joó – Amsterdams Philharmonisch Orkest
1984 Riccardo Muti – Philadelphia Orchestra
1985 Eliahu Inbal – Radio Sinfonie Orchester Frankfurt
1986 Anton Nanut – Simfoniki RTV Slovenija, Ljubljana
1986 Lorin Maazel – Wiener Philharmoniker
1987 Leonard Bernstein – Concertgebouw
1987 Bernard Haitink – Berliner Philharmoniker
1987 Seiji Ozawa Boston – Symphony Orchestra
1988 Zdenek Kosler – Slovakia Philharmonic Orchestra
1989 Claudio Abbado – Berliner Philharmoniker
1989 Edo De Waart – Minnesota Orchestra
1989 Giuseppe Sinopoli – Philharmonia Orchestra
1989 Emil Tabakov – Sofia Philharmonic Orchestra
1989 Christoph Von Dohnanyi – Cleveland Orchestra
1990 Vladimir Fedosseyev – USSR Radio and Television Symphony Orchestra
1990 Armin Jordan – Orchestre de la Suisse romande
1991 Charles Mackerras – Liverpool Philharmonic Orchestra
1991 Libor Pesek – Royal Liverpool Philharmonic Orchestra
1991 Simon Rattle – City of Birmingham Symphony Orchestra
1992 Evgeni Svetlanov – The Russian State Symphony Orchestra
1993 Michel Halasz – Narodowa Orkiestra Symfoniczna Polskiego Radia
1993 James Judd – Florida Philharmonic Orchestra
1994 Yuri Simonov – Royal Philharmonic Orchestra
1994 Günter Neuhold – Badisches Staatstheater Karlsruhe
1995 Riccardo Chailly – Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam
1997 Christoph Eschenbach – Houston Symphony Orchestra
1998 Pierre Boulez – Chicago Symphony Orchestra
1998 Manfred Honeck – BBC Symphony Orchestra
2000 Fabio Luisi – Sinfonieorchester des Mitteldeutschen Rundfunks
2000 Zubin Mehta – Orchestra del Maggio Musicale Fiorentino
2001 Michael Tilson-Thomas – San Francisco Symphony
2002 Michael Gielen-  SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg
2002 Rico Saccani – A Budapesti Filharmoniai Tarsasag Zenekara
2003 Gabriel Chmura – Narodowa Orkiestra Symfoniczna Polskiego Radia Katowice
2003 Gerard Schwarz – Royal Liverpool Philharmonic Orchestra
2004 Roger Norrington – Radio Sinfonieorchester Stuttgart des SWR
2005 Ken-Ichiro Kobayashi  -Japan Philharmonic Orchestra
2005 (?) Vladimir Suk – Ukrainian Festival Orchestra
2006 Mariss Jansons – Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam
2006 David Zinman – Tonhalle Orchester Zürich
2007 Bernard Haitink – Chicago Symphony Orchestra
2007 Mariss Jansons – Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks
2008 Marin Alsop – Baltimore Symphony Orchestra
2008 Valery Gergiev – London Symphony Orchestra
2008 Zdenek Macal – Czech Philharmonic
2009 Gustavo Dudamel – Los Angeles Philharmonic Orchestra
2010 Sakari Oramo – Royal Stockholm Philharmonic Orchestra
2010 Vladimir Ashkenazy – Sydney Symphony Orchestra
2010 Vladimir Jurowski – London Philharmonic Orchestra
2010 Zdenek Macal – Symfonicky Orchestr HL. M. Prahy FOK
2010 Andrés Orozco-Estrada – Tonkünstler-Orchester Niederösterreich
2010 Georg Tintner – Canada National Youth Orchestrajo
2010 Myung Whun Chung – Seoul Philharmonic Orchestra
2011 Ivan Fischer – Budapest Festival Orchestra
2011 Lorin Maazel – Philharmonia Orchestra
2011 François-Xavier Roth – SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg
2011 Markus Stenz – Gürzenich-Orchester Köln
2011 Leon Botstein – American Symphony Orchestra
2012 David Bernard – Park Avenue Chamber Symphony
2012 Eliahu Inbal – Tokyo Metropolitan Orchestra
2013 Zubin Mehta – Australian World Orchestra
2014 Thomas Hengelbrock – NDR Sinfonieorchester
2014 Silvano Frontalini – Volgograd Philharmonic Orchestra
2014 Markus Poschner – Bremer Philharmoniker
2015 Hannu Lintu – Finnish Radio Symphony Orchestra
2016 Toshiyuki Kamioka – New Japan Philharmonic
2016 Yannick Nézet-Séguin – Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks
2016 (?) Bernardo Kuznetsov – St Petra Russian Symphony Orchestra

Pour ce qui est des pochettes, les plus nombreuses sont celles de Walter, puis Mitropoulos, Nanut… avant Kubelik.
Les vidéos existantes par les mêmes chefs mais pas forcément le même orchestre sont signalées par 

1er mouvement

1939 – Bruno Walter – NBC Symphony Orchestra
Un document, mais c’est assez peu audible. HC

1942 – Bruno Walter – New York Philharmonic Symphony Orchestra
Début bien sérieux, après le son sature. HC

1947 – Bruno Walter – Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam
Il y a d’autres concerts parus de Walter dans la 1e.  Prise de son étonnante pour l’époque, lecture très naturelle, fluide, sonorités très typées, seuls les violons sonnent datés. 7,5

1951 – Dimitri Mitropoulos – New York Philharmonic
Tempo lent, public très bruyant, quelques pains, encore un document, lecture plus dramatique que poétique. HC

1952 – Jasha Horenstein – Wiener Symphoniker
Son cette fois très correct, superbes clarinettes joyeuses et bondissantes, cors parfois limites mais très Weber, violoncelles un peu pâlots et nasillards, mais superbes glissandi après la reprise et le reste à l’avenant, j’oubliais les trompettes. Quel chef ! A part Walter ou Kubelik, pas sûr de retrouver des phrasés aussi justement caractérisés. 9

1953 – William Steinberg – Pittsburgh Symphony Orchestra
Tout sonne un peu mou, manque de caractérisation, on dirait du Lehar. 5

1954 – Paul Kletzki – Israel Philharmonic Orchestra
C’est très neutre et un peu confus, atone également… 5,5

1954 – Rafael Kubelík – Wiener Philharmoniker
Il l’avait faite plusieurs fois à Amsterdam et Chicago auparavant. C’est amusant de constater que la réédition Naxos ne permet d’en écouter que de courts extraits, alors que l’édition Decca est disponible en entier surla même plateforme… La restitution de l’enregistrement présente quelques baisses de dynamique par moment, mais quel orchestre, c’est très habité. 8,5

1954 – Hermann Scherchen – Philharmonic Symphony Orchestra of London
Superbe début, on croit entendre en prémonition le tempo du 3e mouvement, après c’est un peu plus nonchalant ; triangle, harpe et grosse caisse très présents. La préparation du climax est très originale, qui s’appuie sur les basses de l’orchestre, mais le tout manque à la fois d’ambiances et de panache, malgré une fin très échevelée. 7,5

1954 – Bruno Walter – New York Philharmonic
Difficile de disqualifier cette version car je sais qu’on aura ensuite sans doute le meilleur 2e mouvement, mais on est un peu déçu. La prise de son manque de dynamique (nuances p à ppp), le tout manque de poésie et d’ambiance. 7,5

1956 – Rafael Kubelik – Orchestra Sinfonica di Torino della RAI
Live.  Beaucoup de bruits d’orchestre et de public, mais son assez présent. Du chic, de l’animation, belles prestations instrumentales dans l’ensemble. 8

1957 – Georg Solti – Kölner Rundfunk-Sinfonie-Orchester
C’est plutôt prosaïque et sans beaucoup d’animation. 6

1958 – Adrian Boult – London Philharmonic Orchestra
William Walton écrivit à Walter Legge, lorsque Kubelík choisit en 1951 Chicago plutôt que de succéder à Adrian Boult à la tête du BBC symphony : « Je suis vraiment désolé à propos du départ de Kubelík, cela aurait pu aider d’avoir de façon permanente un chef d’orchestre décent dans le pays ».
Les trompettes sont vraiment ppp car sans doute jouées en coulisse. Tout sonne parfait, les dynamiques, l’allant général, seules les flûtes sont un peu désavantagées par la prise de son. Le ralentissement du tempo avant la péroraison finale est saisissant. 9

1961 – Paul Kletzki – Wiener Philharmoniker
C’est évidemment mieux qu’avec l’Israël de l’époque. Cors magnifiques, beau début, mais ensuite ça manque d’accentuation et ennuie fortement (mais c’est décidément une habitude avec ce chef). 6,5

1961 – Hans Rosbaud – Sinfonieorchester des Südwestfunks Baden-Baden
Son distordu, timbres assez laids, dynamiques compressées, sans grand intérêt, une déception. 6,5

1961 – Bruno Walter – Columbia Symphony Orchestra
Ambiance, mystère au début, trompettes très lointaines, fin de l' »éveil » très poétique, très bel orchestre, le tout est peut être un peu lent mais se déroule dans l’évidence. 8,5

1962 – Bernard Haitink – Concertgebouw  
Il s’agirait donc d’un premier enregistrement avant sa fameuse intégrale avec le Concertgebouw. Tempo allant, trompettes trop présentes : c’est quand même ppp. Bois épatants, souplesse melliflue de l’orchestre, quelques passages un peu prosaïques (prise de son un peu dure), fin un peu appuyée mais très enlevée. 7,5

1962 – Erich Leinsdorf – Boston Symphony orchestra
Quel beau son ! Très belle introduction. On entend toutes les interventions à tous les pupitres. Ce chef avait une certaine répétition de « métronome », ça se sent légèrement dans quelques passages un peu statiques, mais on trouvera rarement mieux joué, dirigé et enregistré… 8,5 

1962 – Otmar Suitner – Dresden Staatskapelle
Prise de son lointaine peu définie, peu de timbres, les trompettes à trois kilomètres. Début apathique, après cela s’anime un peu, le passage central fait très cortège funèbre, anticipant le 3e mouvement, mais ensuite on manque parfois d’accents ; une version plus rêveuse que tonique. 7,5

1964 – Karel Ancerl – Ceska Filharmonie
Très linéaire, trompettes à peine audibles, tout sonne petit et étriqué, la prise de son est certes mal définie, mais je ne suis pas sûr qu’il y ait beaucoup à définir. 6

1964 – Willem Van Otterloo – Wiener Festpiele Orchester
C’est la version mono de la BNF.  Orchestre moyen, lecture linéaire, assez prosaïque. 6

1964 – Georg Solti – London symphony orchestra
Le début des hostilités CBS / Philips / Decca /DG… Ce fut mon disque de chevet avant de me faire offrir le coffret Kubelik pour mes 18 ans… C’est évidemment au cordeau. Trompettes un peu lointaines, les phrasés sont un peu plats (cordes) mais l’image sonore globale est séduisante ; disons que le dynamisme l’emporte que la recherche dans les phrasés ; fin un peu extérieure. 8

1966 – Leonard Bernstein – New York Philharmonic 
Tout sonne un peu doucereux, les trompettes au loin, les cors avant le n°2 ; une lecture qui paraît bien extérieure. 6,5

1967 – Rafael Kubelik – Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks
C’est la 3e symphonie par ordre de date de l’intégrale DG. Le « lever » n’est pas dans le murmure mais en plein soleil. Il y a longtemps que je ne l’avais écouté : tout me paraît génial : les phrasés, les contrastes, l’animation, les timbres, bref. 9

1967 – Igor Markevitch – Orchestra della RAI, Torino
Prise de son catastrophique de ce live, saturations, timbres grossis. HC

1967 – Igor Markevitch – Orchestre National de l’ORTF
Ce concert nous avait fait forte impression il y a 16 ans… Les bois sonnent très « français », trompettes – perfectibles – dans la salle, beaucoup de bruits parasites, une lecture très directe, rapide, vivante, mais ça manque de fini. 7,5

1969 – Kirill Kondrachine – Moscow Philharmonic Orchestra
C’est lent, assez insipide, on sent que le chef se cherche, avec quelques intentions ici ou là… 6

1969 – Jacha Horenstein – London symphony orchestra
Dès le début on est pris, trompettes idéales, superbe orchestre, les interventions apparaissent exactement au moment où on les attend – espère. Peut-être un peu moins d’accents qu’à Vienne. 8,5

1969 – Eugene Ormandy – Philadelphia orchestra
Ormandy n’a enregistré que la 1, la 2, la 10-Cooke et Das Lied. C’est sûr que la nature dort au début… Lecture sans relief. 6,5

1971 – Erich Leinsdorf – Royal Philharmonic Orchestra
Je recommande la pochette… On retrouve, avec peut-être un peu moins d’extrême qualité instrumentale, la version de 1962 avec Boston. 8

1972 – Bernard Haitink – Concertgebouw
Tempo très lent. C’est effectivement « immer gemächlich », mais il ne se passe rien, c’est moins intéressant que dix ans auparavant. 7

1974 – Maurice Abravanel – Utah Symphony Orchestra
D’origine sépharade, il sera le plus jeune chef à diriger le MET en 1934, sur la recommandation de Walter et Furt.  L’orchestre de l’Utah qu’il a fondé est dirigé actuellement par Thierry Fischer. Son intégrale avait reçu un certain écho critique. Les timbres manquent de relief, mais c’est léger, animé. 7,5

1974 – Zubin Mehta – Israel Philharmonic Orchestra
Il existe un concert avec l’Orchestre symphonique de Montréal dont il a été le directeur artistique de 1961 à 1967, en 1963 pour l’inauguration de la salle Wilfrid-Pelletier.  L’unisson initial des cordes sonne mal. Belle prise de son, mais le tout manque de vie et de caractère. 7

1977 – Seiji Ozawa – Boston Symphony Orchestra
Le grand « vainqueur » de notre discographie du Sacre. Mais on a toujours été perplexe devant la renommée par exemple de ses Gürre Lieder. Version très légère, beaucoup d’ambiance, pas le chic de la version Leinsdorf, mais encore une fois quel orchestre et une superbe animation à la fin ! 8,5

1977 – Klaus Tennstedt – London Philharmonic Orchestra 
Dès les premières mesures, on sent que ça va sonner mais sans grande nécessité. C’est très beau plastiquement, mais on n’est pas concerné, on est même pas loin de Ketelbey parfois… 7

1979 – Herbert Kegel – Dresdner Philharmonie
Tempo lent, timbres peu définis, orchestre moyen (cors), version très placide. 7

1979 – Rafael Kubelik – Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks
Il s’agit du concert édité par Audite. Manque de présence sonore, timbres fruités (on entend distinctement les 2 lignes de cor au chiffre 3). Étonnant d’ambiance quand on vient d’écouter Kegel… trompettes vraiment lointaines. Pas de reprise. On a la beauté des phrasés (cordes !), mais c’est une lecture manquant d’engagement, sauf la fin très enlevée. magnifique. 8

1979 – Vaclav Neumann – Czech Philharmonic
Un copain de Kub malgré le mur à l’époque (cf.).  Lecture assez rapide, entraînante au début, s’étiole un peu ensuite. 7,5

1980 – Rafael Kubelik – Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks 
Il s’agit d’un concert paru en DVD chez Dreamlife.  On m’a dit que c’était le même concert que le précédent. En tous cas le son est très présent, on est dans la Herkulesaal, c’est instrumentalement idoine (les cors, les trompettes, le timbre chaleureux de la flûtiste Irena Grafenauer…), tout chante, tout est merveilleusement agencé, bref. 9 (Kubelik avait pour une fois l’air d’être content du résultat..).

1981 – Claudio Abbado – Chicago Symphony Orchestra  
On n’entend pas grand chose. C’est très lent, ça ne fonctionne pas, le grand vide interprétatif, la fin est dopée au potentiomètre. 5

1981 – Leonard Slatkin – Saint-Louis Symphony Orchestra
Lecture un peu apathique, instruments sans relief. 6

1983 – Georg Solti – Chicago symphony orchestra
La prise de son est curieusement assez mal définie. Cela sent le studio, c’est un peu fondu et fade. 7

1983 – Arpad Joó – Amsterdams Philharmonisch Orkest
Un chef pratiquement inconnu, élève de Zoltan Kodaly. J’avais été impressionné par son intégrale des poèmes symphoniques de Liszt à Budapest. Très belle version, bel équilibre orchestral, de l’atmosphère, de l’animation. 8

1984 – Riccardo Muti – Philadelphia Orchestra
Tempo très lent., bois superbes, belle construction, fini orchestral, quelques foucades. Ca fait un peu démonstration orchestrale, mais c’est beau… 8

1985 – Eliahu Inbal – Radio Sinfonie Orchester Frankfurt
La fameuse intégrale Inbal dont Henri-Louis de la Grange n’arrêtait pas de louer les parutions dans Diapason (lequel a qualifié Kubelik de Kapellmeister – ce n’est pas parce que l’on a consacré sa vie à compiler documents et témoignages sur Mahler que l’on est un bon critique (et inversement). J’avoue qu’à l’époque je ne supportais pas 10′ de cette intégrale.  C’est un peu linéaire, l’image globale de l’orchestre est un peu « plan-plan ». La version que j’écoute est plagée curieusement avec des différences de présence sonore ; pas d’extrême grave comme chez Muti. Pas de défaut, mais on s’ennuie grave… 7

1986 – Anton Nanut – Simfoniki RTV Slovenija, Ljubljana
Cet excellent chef vient de décéder en janvier dernier. Ce n’est pas le grand luxe orchestral, quelques problèmes de balance, tout n’est pas parfait mais on a une véritable interprétation, de l’animation, une conception. 8

1986 – Lorin Maazel – Wiener Philharmoniker

1987 – Leonard Bernstein – Concertgebouw
La deuxième intégrale Bernstein, pour DG. Superbe sol des cordes. Tout se lie bien malgré la lenteur du tempo. Excellente prise de son, chaque intervention soliste est un régal. On peut ne pas aimer ce parti-pris de lenteur façon Celibidache ou la volonté de faire ressortir toutes les parties un peu secondaires,  mais c’est captivant sinon transportant. 8

1987 – Bernard Haitink – Berliner Philharmoniker 
Tempo aussi lent que la précédente. Trompettes bien lointaines. Cette fois c’est vraiment trop lent : les lignes musicales ne tiennent presque plus. Orchestre somptueux, il accélère un peu avant la reprise. Superbe plasticité des cordes, pas d’extrême grave. Grand manque d’animation. 7

1987 – Seiji Ozawa – Boston Symphony Orchestra
10 ans après la version DG, il la refaisait pour Philips.
Belle prise son, hautbois exagéré avant le n° 1, mais des instrumentistes magnifiques. On n’entend pas assez la grosse caisse. Fin virtuose, une belle lecture. 7,5neu

1988 – Zdenek Kosler – Slovakia Philharmonic Orchestra
Ce chef tchèque, assistant de Bernstein dans sa jeunesse est décédé en 1995. On a cette fois de l’animation, une véritable interprétation, on l’aurait gardée si la prise de son et l’orchestre (violoncelles) avaient été de meilleure tenue. 7,5

1989 – Claudio Abbado – Berliner Philharmoniker
Quels instrumentistes !Tout est bien galbé, on dirait une musique pour « Soleil vert »… C’est absolument magnifique… probablement une des plus belles prestations orchestrales, mais ne nous concerne pas beaucoup : tout est trop policé, mais c’est tellement beau qu’on la garde pour la suite! 8,5

1989 – Edo De Waart – Minnesota Orchestra
Une belle version orchestre mobile, pas de faute goût, pas de fait saillant non plus. 7,5

1989  – Giuseppe Sinopoli – Philharmonia Orchestra 
Ca manque une peu de vie mais pas d’ambiance, prise de son un tout petit peu enveloppée ; une lecture plutôt esthétique que l’on peut trouver attachante, mais un peu lâche à mon goût. 7,5

1989 – Emil Tabakov – Sofia Philharmonic Orchestra
J’avais été déçu par sa 9e – cf.
On n’entend guère les trompettes, instrumentistes moyens et l’on s’ennuie… 6

1989 – Christoph Von Dohnanyi – Cleveland Orchestra
Déjà entendu ce chef avec l’Orchestre de Paris pour un concert très routinier. On dirait de la guimauve. 6

1990 – Vladimir Fedosseyev – USSR Radio and Television Symphony Orchestra
Balance curieuse, genre un coup je t’entends, un coup je t’entends plus, assez extérieur. 6,5

1990 – Armin Jordan – Orchestre de la Suisse romande

1991 – Charles Mackerras – Liverpool Philharmonic Orchestra
C’est moins pire que ce que à quoi je m’attendais, indications dynamiques respectées à la lettre, mais ça ne passionne guère. 7

1991 – Libor Pesek – Royal Liverpool Philharmonic Orchestra
Le même orchestre, la même année apparemment. C’est un peu plus vivant avec plus d’atmosphère, on n’entend pas tous les détails. 7,5+

1991 – Simon Rattle – City of Birmingham Symphony Orchestra 
On n’entend pas grand chose au début (trompette ppppp). Ca s’éteint de plus en plus ensuite. 6

1992 – Evgeni Svetlanov – The Russian State Symphony Orchestra
C’est bien langsam Schleppend, mais c’est animé, splendides interventions instrumentales, cuivres vibrés, le seul à faire le hautbois pp avant 1, ambiance très pastorale, cymbale un peu envahissante à la fin. 8,5

1993 – Michel Halasz – Polish National Radio Symphony Orchestra Tempo assez allant, pourquoi à partir du n°3 entend-on encore les interventions des vents comme dans un brouillard ? Tout ça fait un peu tisane. 6,5

1993 – James Judd – Florida Philharmonic Orchestra
Là on est dans le tilleul-menthe, tout manque de son et de caractère. 6

1994 – Yuri Simonov – Royal Philharmonic Orchestra
Ouf, du son, des timbres, de l’animation non artificielle, certes pas le meilleur orchestre ni la lecture la plus raffinée, mais c’est très vivant. 8

1995 – Riccardo Chailly – Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam
De l’allure, de la carrure, instrumentistes épatants, ici aussi un vrai chef. 8,5

1997 – Christoph Eschenbach – Houston Symphony Orchestra 
Une lecture de la partition. 5,5

1998 – Pierre Boulez – Chicago Symphony Orchestra
C’est superbement fait (les 4 cors au numéro 3 par exemple), mais tout cela manque de vie. 7,5

1998 – Manfred Honeck – BBC Symphony Orchestra
Prise de son manquant de présence parfois, tempo lent, de beaux timbres, des intentions expressives, mais on s’ennuie ferme. 7

2000 – Zubin Mehta – Orchestra del Maggio Musicale Fiorentino

2000 – Fabio Luisi – Sinfonieorchester des Mitteldeutschen Rundfunks (Vienna symphoniker ?)
Trompettes dans la salle, tout est bien plat. 6

2001 – Michael Tilson-Thomas – San Francisco Symphony
C’est bien joué, lent, sans grande nécessité. 7

2002 – Michael Gielen –  SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg
Voilà un chef qui avait quelque chose à dire, de la vie du relief, même si c’est parfois un peu trop tenu. 8

2002 – Rico Saccani – A Budapesti Filharmoniai Tarsasag Zenekara
Timbres orchestraux assez pâles, c’est assez inconsistant à partir du n° 4. 5,5

2003 – Gabriel Chmura – Narodowa Orkiestra Symfoniczna Polskiego Radia Katowice
Orchestre correct, des lignes bien mises en valeur, mais c’est un peu bousculé. 7

2003 – Gerard Schwarz – Royal Liverpool Philharmonic Orchestra
Prise de son un peu lointaine, beau début, ensuite c’est assez apathique et sans grand relief. 6

2004 – Roger Norrington – Radio Sinfonieorchester Stuttgart des SWR
Clarinettes très champêtres, comme beaucoup ne respecte pas l’indication schnell de la fin de la première apparition des trompettes – très lointaines d’ailleurs, comme d’autres il noie le n°3 pour faire éveil de la nature, qui a d’ailleurs du mal, à partir du n°4. 6,5

2005 – Ken-Ichiro Kobayashi  -Japan Philharmonic Orchestra
Beau début, beaux timbres, trompettes dans la salle, on n’entend pas vraiment la harpe, des bruits bizarres au n°9 (le chef chantera quasiment tout du long, tape du pied), mais c’est très prenant, un vrai chef. 8,5

2005 (?) – Vladimir Suk – Ukrainian Festival Orchestra
Chef inconnu. version plaisante, orchestre un peu rustique. 7

2006 – Mariss Jansons – Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam
Toujours ce superbe orchestre, tempo lent, version assez placide dans une belle atmosphère. 7,5

2006  – David Zinman – Tonhalle Orchester Zürich
Tempo lent, ça manque de fil conducteur. 7

2007 – Bernard Haitink – Chicago Symphony Orchestra
Orchestre superbe, début très poétique, sans doute une des plus belles lectures orchestrales, mais cela manque tout de même d’engagement à mon goût. 8

2007 – Mariss Jansons – Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks
Encore un orchestre magnifique (cors !), superbe ambiance à partir du 13 et c’est un tout petit plus animé qu’Haitink. 8,5

2008 – Marin Alsop – Baltimore Symphony Orchestra 
Tempo encore plus lent que les deux précédents, trompettes trop lointaines, le tempo ralentit encore à partir du 3. Le tout manque d’accents. 6,5

2008 – Valery Gergiev – London Symphony Orchestra
Troisième édition maison d’un orchestre après Haitink / Chicago et Jansons / Bavaroise. Tempo allant, mais jouer doux et léger ne fait pas une interprétation… 7

2008 – Zdenek Macal – Czech Philharmonic
On a du son, c’est tendu, mais manque un peu de caractère. 7,5

2009 – Gustavo Dudamel – Los Angeles Philharmonic Orchestra
Tempo lent, vents très sonores, c’est joli, mais guère prenant. 7

2010 – Vladimir Jurowski – London Philharmonic Orchestra
(live) – Belle prise de son, introduction prenante, belle direction mais un peu trop métrique. 7,5

2010 – Sakari Oramo – Royal Stockholm Philharmonic Orchestra
Prise de son manquant de présence, très beaux cors, mais dès le thème aux violoncelles, on est dans le mou. 6

2010 – Vladimir Ashkenazy – Sydney Symphony Orchestra
On a entendu ce chef en concert et comme pour Eschenbach ou Dohnanyi, cela ne nous a pas fait grande impression…. C’est insignifiant. 4

2010 – Andrés Orozco-Estrada – Tonkünstler-Orchester Niederösterreich
Très lent, son très présente, de l’ambiance, un flux continu, seule la deuxième partie manque un peu d’allant ; un chef prometteur de 40 ans… 8

2010 – Georg Tintner – Canada National Youth Orchestra
Comme il est mort en 1999, la date est forcément erronnée… Bravo à l’orchestre pour cette lecture très correcte. 6,5

2010 – Myung Whun Chung – Seoul Philharmonic Orchestra
Quand je dis à des compositeurs  qui ont collaboré avec eux que je n’ai jamais rien entendu de saillant par Chung par exemple, ils me regardent de travers… D’immenses musiciens pour sûr, mais bon…
Lecture propre, ça déroule tranquillement. 7

2011 – Ivan Fischer – Budapest Festival Orchestra 
Malheureusement juste 1 mn de disponible sur Qobuz…

2011 – Lorin Maazel – Philharmonia Orchestra 
Le « grand technicien de la baguette » (?) souvent haï dans ses dernières années par la critique française, notamment dans Mahler. C’est très beau dans l’ensemble, un ou rallentando intempestifs, on s’ennuie . 7

2011 – François-Xavier Roth – SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg
J’ai quitté un récent concert de Roth avec son orchestre les Siècles : il donnait le 5e de Saint-Saëns et on n’entendait péniblement que 1 note sur 10 au piano… Ici on a un orchestre normal. Tempo lent, de l’ambiance, de la fluidité, une version vivante. 8

2011 – Markus Stenz – Gürzenich-Orchester Köln 
On avait bien aimé ce chef dans la 9e et dans Schoenberg. Une lecture plus atmosphérique que pénétrante. 7

2011 – Leon Botstein – American Symphony Orchestra
Début correct, violons manquant d’impact, c’est assez plat. 6

2012 – David Bernard – Park Avenue Chamber Symphony
(Pourquoi payer Qobuz : on a droit à une minute alors qu’on a gratuitement l’intégralité sur Spotify ?).
Non, ce n’est pas une réduction pour orchestre de chambre… On se croirait au cirque avec les trompettes qui ne sont pas en coulisse. Cors impossibles. J’arrête de suite, mais cela permet d’apprécier a contrario la qualité des autres orchestres ! 3

2012 – Eliahu Inbal – Tokyo Metropolitan Orchestra
Très bel orchestre, lecture  plaisante, un peu compte-rendu de voyage à bord du Shinkansen… mais ça a une certain allure. 7,5

2013 – Zubin Mehta – Australian World Orchestra
Un orchestre composé d’instrumentistes du monde entier (mais c’est déjà le cas de beaucoup d’orchestres traditionnels). 
Les trompettes font un peu « au fond du couloir », très belle introduction, sonorités franches et élégantes, son très présent, un régal. 8,5

2014 – Thomas Hengelbrock – NDR Sinfonieorchester 
C’est la « Hamburg Version 1893 », attention…  Les cordes au début sont effectivement ppp, les trompettes en coulisse sonnent comme des trombones, on n’entend pas grand chose puis tout d’un coup un solo de clarinette envahit tout l’espace. Pas de reprise, coucous très « philologiques », très belle ambiance à partir du n° 5, des phrasés / balances originaux parfois, fin 

2015 – Hannu Lintu – Finnish Radio Symphony Orchestra
Cordes ppp, mais c’est ensuite joli, sans grand caractère.  7

2016 – Toshiyuki Kamioka – New Japan Philharmonic
Il faudra bien que je fasse un point sur les orchestres japonais : on s’y perd… Bel orchestre, trompettes bien lointaines, la prise de son aussi d’ailleurs, sans grand intérêt. 5,5

2016 – Yannick Nézet-Séguin – Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks
C’est ce qui a un peu suscité cette discographie : le wonder boy canadien dans Mahler avec l’orchestre de Kub. J’étais sorti il y a longtemps au milieu d’un concert Schumann avec l’Orchestre de chambre d’Europe, assez ulcéré. Je ne pouvais pas sortir après un premier mouvement d’une M 6 avec Rotterdam que je trouvais insupportable, quand il s’était mis ensuite à diriger avec un temps d’avance et tout s’était miraculeusement mis en place. J’ai écouté le début de l‘Italienne parue récemment chez DG, où donc se trouvent ces soufflets dans la partition ?
J’ai encore dû quitter Qobuz pour Spotify… Cordes ppp, on est un peu dans l’allusion, la reprise est variée mais moins bien que le premier énoncé, c’est un peu du « tout-venant ». 7

2016 (?) – Bernardo Kuznetsov – St Petra Russian Symphony Orchestra
Sans doute un faux nez. Prise de son trafiquée, encore une version façon Franz Lehar. 5

On ne gardera pour la suite « que » les 14 versions suivantes :

1952 – Jasha Horenstein – Wiener Symphoniker
1954 – Rafael Kubelík – Wiener Philharmoniker
1958 – Adrian Boult – London Philharmonic Orchestra
1961 – Bruno Walter – Columbia Symphony Orchestra
1962 – Erich Leinsdorf – Boston Symphony orchestra
1967 – Rafael Kubelik – Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks
1969 – Jacha Horenstein – London symphony orchestra
1977 – Seiji Ozawa – Boston Symphony Orchestra
1980 – Rafael Kubelik – Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks
1989 – Claudio Abbado – Berliner Philharmoniker
1992 – Evgeni Svetlanov The Russian State Symphony Orchestra
1995 – Riccardo Chailly – Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam
2007 – Mariss Jansons – Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks
2013 – Zubin Mehta – Australian World Orchestra
2014 – Thomas Hengelbrock – NDR Sinfonieorchester

 

Mahler - Symphony n° 1

Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Claudio Abbado
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Maurice Abravanel
Charles Adler
Charles Adler
Kazuyoshi Akiyama
Kazuyoshi Akiyama
Marc Albrecht
Marc Albrecht
Marin Alsop
Marin Alsop
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Karel Ancerl
Horia Andreescu
Horia Andreescu
Vladimir Ashkenazy
Vladimir Ashkenazy
Vladimir Ashkenazy
Vladimir Ashkenazy
Moshe Atzmon
Moshe Atzmon
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
John Barbirolli
Andrea Battistoni
Andrea Battistoni
David Bernard
David Bernard
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Leonard Bernstein
Gary Bertini
Gary Bertini
Gary Bertini
Gary Bertini
Ernest Borsamsky
Ernest Borsamsky
Ernest Borsamsky
Ernest Borsamsky
Ernest Borsamsky
Ernest Borsamsky
Ernest Borsamsky
Ernest Borsamsky
Ernest Borsamsky
Ernest Borsamsky
Leon Botstein
Leon Botstein
Pierre Boulez
Pierre Boulez
Pierre Boulez
Pierre Boulez
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Adrian Boult
Ernest Bour
Ernest Bour
Heribert brandt
Heribert brandt
Heribert brandt
Heribert brandt
Heribert brandt
Heribert brandt
Frank Brieff
Frank Brieff
Donato Cabrera
Donato Cabrera
Jean-Claude Casadesus
Jean-Claude Casadesus
Jean-Claude Casadesus
Jean-Claude Casadesus
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Riccardo Chailly
Gabriel Chmura
Gabriel Chmura
Myung Wung Chung
Myung Wung Chung
Eugene Davis
Eugene Davis
Colin davis
Colin davis
Colin davis
Colin davis
Colin davis
Colin davis
Jan Willem de Vriend
Jan Willem de Vriend
OVCL_00569_FRONT_OBI
OVCL_00569_FRONT_OBI
SONY DSC
SONY DSC

4 réflexions sur « Mahler – Symphonie n°1 – Écoutes comparées – 1/4 »

  1. D’accord pour Kubelik/DGG, vraiment très bien dans cette optique et que j’apprécie beaucoup.
    En revanche, pas d’accord du tout pour Steinberg, viennois et narratif, très lyrique, malgré une prise de son un peu ancienne. C’est très réussi, et vraiment différent de ce que l’on peut entendre de nos jours.
    Selon Anna Mahler, fille du compositeur, Steinberg était tout simplement le meilleur de tous dans cette symphonie, y compris devant Bruno Walter. Pour ma part, je l’écoute toujours avec beaucoup de plaisir !
    Enfin, j’aime également la version de Hengelbrock, qui permet encore d’entendre une version « Poème en forme de symphonie ».

  2. Bonjour,
    2 passages m’ont fait sursauter dans votre page.
    Tout d’abord, ce que vous écrivez à propos d’Henry-Louis de La Grange, dà propos de l’enregistrement d’Eliahu Inbal :
    « Ce n’est pas parce que l’on a consacré sa vie à compiler documents et témoignages sur Mahler que l’on est un bon critique (et inversement) ».
    Tiré de Wikipédia, un passage de sa biographie :
    « De 1946 à 1947 il étudia au Conservatoire de musique de l’université Yale, puis, de 1948 à 1953, à Paris le piano avec Yvonne Lefébure et l’harmonie, le contrepoint et l’analyse avec Nadia Boulanger.
    Henry-Louis de La Grange commença ses activités de critique musical en 1952, en écrivant des articles pour le New York Herald Tribune et le New York Times, ainsi que les magazines Opera News, Saturday Review, Musical America, et Opus aux États-Unis, et Arts, Disques, La Revue Musicale, et Harmonie en France.
    Il y a sans doute nombre de critiques musicaux en France qui aimeraient avoir ce CV…

    Quant à ce que vous écrivez sur les Gurrelieder d’Osawa, je suis parmi ceux qui ADORENT cette interprétation. Pas parce que c’est le plus bel orchestre, ni les meilleurs interprêtes (quoi que..), mais parce qu’Osawa insuffle une vie, un drame à son interprétation, qui sont absents chez la concurrence. McCracken n’est peut-être pas, vocalement parlant, LE Waldemar de la discographie, mais il met une impatience, une urgence, une tragédie dans son rôle qui fait de lui le plus crédible de la discographie.
    Ecoutez « Mit Toves Stimme flüstert der Wald » par McCracken, puis écoutez-le dans la version d’inbal, justement, qui avait été bien reçue par la critique. Avec McCracken on entend un homme déchiré, alors qu’avec Paul Frey on entend un homme qui récite la liste de ses courses…

    1. Je connais la bio de de la Grange, je maintiens.
      Par contre ma perception de la version Ozawa des Gurre est sans doute un peu rapide, il faudrait que je me penche plus avant sur l’œuvre et ses versions discographiques.
      Je n’ai rien contre Ozawa, je trouvais pas exemple sa version du sacre avec Chicago la meilleure parmi la centaine écoutées.
      Merci pour vos commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.