Vladimir Feltsman – Récital de compositeurs russes oubliés

Le grand pianiste d’origine russe Vladimir Feltsman (1952* – site) poursuit sa carrière discographique chez Nimbus. Il propose ici une sélection de pièces pour piano de compositeurs russes “oubliés” en tout cas en France. 
Écoute ici
Fiche Nimbus

Cet enregistrement rassemble donc les œuvres de sept compositeurs nés en Russie entre 1882 et 1900. Cinq d’entre eux – Roslavets, Feinberg, Stanchinsky, Protopopov et Mosolov – sont restés en Russie. Deux – Obukhov et Lourié – ont émigré en France après la révolution de 1917. Avant de parcourir ce florilège, tout en rappelant l’existence de Leonid Sabaneïev (1881-1968), disciple de Scriabine, rappelons les dates de ce dernier, tant les compositeurs présentés sur ce CD s’en sont inspirés : 1871-1915.

Alexei Stanchinsky (1888-1914) – D’un tempérament instable (séjour en asile d’aliénés), il connaîtra Scriabine et Medtner. Les petites pièces du CD annoncent plutôt Prokofiev.

 

 Samouïl Feinberg (1890-1962) fut une figure importante de la musique russe, malgré le régime stalinien. Sa Berceuse est très scriabinienne.

 

Nikolai Obukhov (1892-1954) émigra à Paris en 1918 et connut Ravel qui l’aidera. Il fut un pionnier dans les instruments de musique électronique – en l’occurrence, la “croix sonore”, dont “le timbre est comparable à celui du thérémine mais qui se présente sous la forme d’une croix, les éléments électroniques étant contenus dans une sphère revêtue de cuivre à laquelle est attachée la croix”.

Et à propos du thérémine, j’en profite pour mettre la création récente de mon ami Régis Campo avec Carolina Eyck et le Brussels Philharmonic (fin de l’œuvre):
https://www.facebook.com/carolinaandthewaves/videos/577763546027478/ 
Très belles pièces de ce compositeur.

Arthur Lourié né Naoum Izraïlevitch Louria (1892-1966), après des positions officielles en Russie, émigrera en 1922 et se liera d’amitié avec Stravinsky. Les Trois pièces de 1915 sont résolument modernes, un peu 2e École de Vienne. En complément un très beau A Phoenix Park Nocturne.

Nikolai Roslavets (1881-1944) – Résolument moderniste, il sera dénoncé comme de nombreux autres en tant que “saboteur et ennemi du peuple” et devra s’exiler dans l’est de la Russie. Stravinsky aurait dit de lui qu’il était le compositeur le plus intéressant de la Russie au XXe siècle. L’ombre de Scriabine rôde sur les Cinq préludes joués par Vladimir Feltsman.

Alexander Mosolov (1900-1973) – L’auteur des fameuses Fonderies d’acier sera une figure éminente de la musique russe avant de tomber en disgrâce dans les années 30. Ici, deux nocturnes et deux danses, une musique assez sévère.

Sergei Protopopov (1893-1954) est un des noms les moins connus de ce panorama. On trouve ici sa 2e sonate elle aussi sévère et motorique.

 

Tout cela est interprété avec à la fois ferveur et sensibilité par Vladimr Feltsman.

2 réflexions sur « Vladimir Feltsman – Récital de compositeurs russes oubliés »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.