Yukio Yokoyama

On a eu la chance hier soir d’assister à un concert privé donné par le pianiste japonais Yukio Yokoyama. Mis à part Mitsuko Uchida, on connaît peu les pianistes japonais en France. Né en 1971, 3e prix du concours Chopin en 1990, Yokoyama a pu suivre à Paris l’enseignement de Jacques Rouvier et Vlado Perlemuter, mais il était précédé d’une réputation de « gymnaste du piano » suite à un record : un récital de 16 heures continues entièrement consacré à Chopin (166 œuvres)… performance qu’il reprendra le 3 mai prochain à Tokyo lors d’un concert de bienfaisance (212 œuvres cette fois !). Si l’on ajoute qu’il donna également en 2005 l’intégrale des concertos de Beethoven, on s’attendait à entendre une sorte de Cyprien Katsaris japonais…

Ce fut tout simplement un régal et un privilège d’entendre ce pianiste de classe internationale jouer – sans partition – devant 50 personnes un récital Bach, Chopin, Debussy, Liszt. Une virtuosité stupéfiante (ou plutôt une maîtrise absolue de tous les paramètres de l’instrument) au service de lectures aussi maîtrisées qu’habitées, ainsi qu’une vision très personnelle des partitions (Debussy). Il paraît que son autre compositeur de prédilection est Beethoven. Il semblait que si l’on avait pu lui demander en bis la Hammerklavier au débotté, cela n’aurait pas posé de problème… Guettons un prochain concert hypothétique à Paris !

We had the chance to assist to a private recital by Yukio Yokoyama last Wednesday March 28. Having learned he gave a 16 hours long Chopin recital, we thought, well, probably another ‘circus artist’ with a tremendous technique and not any musicality. Wrong again!

I should have noticed he won a price at the Chopin competition in Warsaw in 1990 and studied with Jacques Rouvier and Vlado Perlemuter in Paris. It was an astonishing soirée with Bach, Chopin, Debussy and Liszt pieces. Not only he gave these pieces without any score, his keyboard mastering is unbelievable, and moreover his readings show mastering of all the instrument’s parameters and artistic insight. If any Japanese reads this, go in Tokyo to attend his next performance of 212 works by Chopin. Maybe with a little more concentration on what he does best, and more targeted communication, he could join easily the top ten international pianists…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.