Philippe Guilhon-Herbert à l’Hôtel de Beauvais

Philippe Guilhon-Herbert à l’Hôtel de Beauvais

Philippe Guilhon-Herbert
Philippe Guilhon-Herbert – Site

De nouveau, un jeune pianiste invité par l’Association Arthemes, cette fois-ci dans le superbe Hôtel de Beauvais (où séjourna Mozart…).

Au programme :

Beethoven : Andante favori en fa majeur
Schubert : Sonate D 845 – 1er mouvement
Chopin : 4e Ballade en fa mineur Op. 52
Liszt : Légende n°2
Moussorgsky : Tableaux d’une exposition
Hahn : Arôme suprême, Ombre rêveuse de Chopin, Good Bye
Debussy : Préludes : Danseuses de Delphes, Les sons et parfums tournent dans l’air du soir, Les collines d’Anacapri

On se rendra sur son site pour faire plus ample connaissance. Il s’agit assurément d’un « pianiste à suivre ». Il est doté d’une technique ébouriffante, marquée par une grande vélocité, notamment de la main gauche. Après un Beethoven décidé et plein d’humour, un seul mouvement de la sonate de Schubert – ce qui est d’ailleurs une bonne idée – décidé et très dramatique, on a eu un peu peur de se trouver face à un « broyeur d’ivoire » : ses Chopin et Liszt étaient un peu tapageurs et manquaient de cantabile à notre goût.  Mais on était rassuré et ébahi devant ses Tableaux superbement timbrés, architecturés, ne manquant pas de caractérisation (Poussins, Goldenberg) et se terminant par une magnifique porte de Kiev : transportant ! On passera sur les bluettes de Reynaldo Hahn à qui Debussy reprochait de « donner au public le goût de la mauvaise musique », pièces sans prétention dont il faut bien reconnaître toutefois leur parfum entêtant. Suivaient des Préludes de Debussy bien timbrés, sans chichi, peut-être souhaiterait-on une palette sonore encore plus variée, mais les Collines étaient magnifiques. En bis après ce programme plus que consistant, une étude de Chopin…

Malgré ces menues réserves, un très belle soirée musicale et l’on espère pouvoir entendre de nouveau ce pianiste. Ajoutons que quand on apprend qu’il a joué par exemple Crumb, Harvey, Hurel ou Ohana (il travailla notamment avec Jean-Claude Pennetier), on aimerait en avoir un petit peu dans ses récitals !
Superbe disque Schubert :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.