Philippe Cassard à Gaveau

Philippe Cassard à Gaveau

Philippe Cassard
Philippe Cassard

Programme :
Mozart – 9 Variations sur un menuet de Duport, K. 573
Beethoven – 6 Variations en fa majeur, op. 34
Mendelssohn – Variations sérieuses, op. 54
Liszt – Sonate en si mineur

Un beau programme de Philippe Cassard hier soir qui proposait 3 cycles de variations de Mozart, Beethoven et Mendelssohn en prélude à la sonate de Liszt, elle même sorte de variation sur 3 thèmes.

On ne sait que louer : égalité, legato, intelligence des textes, art de la nuance piano, virtuosité… Les Variations sérieuses étaient remarquables, qui conviaient de manière évidente et Bach et Schumann.

Juste comme une légère faiblesse de sonorité à la main droite parfois dans Mozart ou Beethoven, que l’on ne retrouvera plus ensuite. Philippe Cassard n’utilise pas de tabouret, mais une chaise pliante qui trouvera qu’il en faisait trop : elle se mit à grincer « sérieusement » dans Liszt…

La sonate de Liszt : c’est toujours un challenge pour les pianistes, ça commence moyennement avec quelques accrocs et l’on se dit que ce sera une interprétation simplement propre, mais tout s’anime à partir du fugato : les sonorités s’épanouissent, les traits fusent ; outre l’engagement, c’est la plénitude de certains contre-chants qui nous a le plus frappé.

Salle Gaveau bien remplie, public ravi. J’ai été obligé de rappeler à l’ordre une vieille rombière à breloques qui papotait à mon côté : il y en a encore dans le quartier (je n’ai rien contre les vieilles, les rombières ou les breloques, mais qu’elles nous laissent écouter !). Cf. les Bidochons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.