Jean-Nicolas Diatkine – Schubert – Impromptus – Brahms – 3e sonate

Jean-Nicolas Diatkine – Schubert – Brahms

Nicolas Diatkine - Schubert - Brahms
Nicolas Diatkine – Schubert – Brahms

Jean-Nicolas Diatkine est un pianiste rare (un concert annuel à Gaveau, un précédent CD). Mais sa façon de faire partager sa vision en profondeur des œuvres qu’il aborde est confondante. Son Carnaval m’avait subjugué, et on s’était rencontré il y a 3 ans.

Voici cette fois les quatre impromptus de Schubert et la 3e sonate de Brahms. On ne peut apparamment se procurer ce CD qu’ici
(Parnasse éditions). Son Schubert n’est pas ébouriffant, plutôt mezza – voire sotto – voce (par exemple le thème susurré du 2e), comme une confidence. On peut préférer ses Impromptus plus extravertis, mais il y a peu de lectures aussi poétiques – la carrure si particulière qu’il donne au 4e lui confère un délicieux charme viennois (il n’est pas sans me faire penser à un vieux disque Schubert de Karl-Ulrich Schnabel). Un superbe voyage schubertien – on a presque envie de l’écouter à la lumière des bougies…

Pour la 3e de Brahms, il y a longtemps que je voulais écouter deux intégrales  parues assez récemment : celles de François-Frédéric Guy (les 3 sonates) et de Geoffroy Couteau (l’intégrale de piano). Comparaison :

Allegro maestoso

Diatkine – 9’48 – Couteau – 12’11 – Guy – 10’34 
Diatkine : de belles couleurs, une caractérisation réussie des différents épisodes, respect des nuances sans exagération ; une lecture très cohérente, peut-être un peu plus de ‘maestoso’ dans certains passages ?
Couteau : C’est donc bien plus lent, des sonorités moins attachantes, est-ce le tempo ? mais l’ensemble n’a pas la cohérence souhaitée.
Guy : De l’allant, la musique avance, nuances très marquées (de vrais ff et pp) , piano un rien métallique parfois, on est pris par la musique tout du long.

Andante

Diatkine : 11’05 – Couteau : 10’39 – Guy : 11’31
Diatkine : Beauté des trilles et des arpèges, lecture d’une sérénité prenante
Couteau : Plus rapide, de très belles choses (2e thème), une lecture qui a un peu moins d’évidence, mais c’est une question de sensibilité.
Guy : Encore un grand respect des tempi et des dynamiques, magnifique passage poco piu lento. lecture aussi prenante que la première.

Scherzo

Diatkine : 4’38 – Couteau : 5’15 – Guy : 4’39
Diatkine : Lecture évidente, peut être des ff plus marqués ?
Couteau : Encore de belles choses (fin du trio notamment), mais je n’accroche pas.
Guy : Le plus « scherzo », magnifique.

Intermezzo

Diatkine : 3’46 – Couteau : 3’15 – Guy : 3’32
Le plus « 5e de Beethoven » des 5 mouvements. Diatkine très bien, Guy très impressionnant, mais c’est cette fois Couteau qui me paraît donner la lecture la plus juste.

Finale

Diatkine : 7’29 – Couteau : 8’13 – Guy : 7’40
Finalement, Couteau sera à chaque fois ou le plus rapide ou le plus lent. Diakine est scintillant (le presto), Couteau est tout aussi bien, Guy est peut-être le plus « ailé », le plus ‘grand piano’ – emballant.


En conclusion 3 grandes versions, mes préférences allant à Guy et Diatkine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.