Vittorio Forte joue des transcriptions d’Earl Wild

Vittorio Forte (interview récente ici), comme quelques autres pianistes, avait déjà enregistré un récital live de transcriptions du pianiste Earl Wild (1915-2010).
Il joue ici des transcriptions – Haendel, Marcello, Rachmaninov et Tchaikovsky -, des réécritures – Gershwin – réalisées par Earl Wild et même sa propre réécriture d’une pièce de C.P.E. Bach.

C’est donc un programme à la fois original et très varié que nous propose ici Vittorio Forte ; on se dit que, connaissant la réputation d’extrême vélocité d’Earl Wide et s’agissant de transcriptions, on va se trouver devant un récital un peu superficiel. Il n’en est rien, au contraire : la qualité des arrangements pour le clavier et surtout celle du pianiste font que ce CD nécessite au contraire une écoute attentive et gratifiante.

Il suffit d’écouter Vittorio Forte puis Yuja Wang dans la Danse des quatre cygnes du Lac des cygnes : cette dernière, à la virtuosité impressionnante,  la joue à toute vitesse, genre feux follets, quand le premier cisèle, éclaire et caractérise la pièce. Ce sont ces qualités de clarté et de recherche de couleurs – très beau piano Bechstein – que l’on retrouvera tout au long de ce récital. Les Sept études virtuoses sur des chansons de Gershwin sont ici comme improvisées avec cependant un grand soin apporté aux sonorités. À noter la transcription virtuose du Solfeggietto de CPE Bach, façon jazzy et pleine d’humour.

Une réussite.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.