Pierre Boulez – Daniel Barenboim – Pascal Gallois

Pierre Boulez – Daniel Barenboim – Pascal Gallois

Pierre Boulez - Daniel Barenboïm - Pascal Gallois
Pierre Boulez – Daniel Barenboïm – Pascal Gallois

Un CD de Pascal Gallois, chef et soliste – et un double CD de Daniel Barenboim rendent hommage à Pierre Boulez.

Gallois:
Le marteau sans maître - Éclat - Dialogue de l'ombre double
Katalin Károlyi, mezzo-soprano - Pascal Gallois, basson - International Contemporary Ensemble, Pascal Gallois
Barenboim :
Dérive 2 - Dialogue de l'ombre double - Le Marteau sans Maître - Anthèmes 2 - Messagequisse
Jussef Eisa, clarinette - Hilary Summers, contralto - Michael Barenboim, violon - Hassan Moataz El Molla, violoncelle - West-Eastern Divan Orchestra, Pierre Boulez, Daniel Barenboim

Un rapide tour d’horizon en partant des 2 œuvres communes à ces deux nouveautés : le Marteau et le Dialogue.

Le marteau sans maître

On avait eu la chance d’entendre Pascal Gallois et ses mêmes interprètes à Paris il y a un an et demi (Katalin Károlyi tenant la gageure d’interpréter Pierrot dans la même soirée). L’album Barenboim reprend un concert à Berlin de 2010 avec Pierre Boulez, avec la même chanteuse que pour son enregistrement DG, Hilary Summers, mais cette fois-ci avec le Eastern Divan orchestra. (Contrairement à l’intégrale DG, les 2 nouveaux livrets ne proposent pas le texte de René Char).
Si la maîtrise instrumentale de l’EIC reste un atout de l’intégrale DG, on a ici, en concert, une version plus « chaude », vivante et dynamique, avec une belle prise de son. Hilary Summers y était également moins policée mais plus vivante. Mais la prise de son du CD Stradivarius est au moins aussi réussie et il se dégage de l’ensemble une plus grande poésie : timbres plus riches (l’exotisme de Commentaire II de bourreaux de solitude par exemple) et la prestation de Katalin Károlyi m’a paru exemplaire d’incarnation et de technique vocale.

Dialogue de l’ombre double

L’interprète historique en était Alain Damiens à la clarinette. Pascal Gallois e été à l’origine de la transcription de cette pièce pour basson . On en a déjà rendu compte.
L’album Barenboim propose la version du clarinettiste Jussef Eisa, dans une ambiance plus feutrée que celle du créateur.

Compléments

Pascal Gallois dirige le bref Éclat où l’on ne peut encore que louer les qualités techniques et sonores de l’ICE.

Le double album Barenboim propose Dérive II (une des œuvres instrumentales les plus longues de Boulez : près de 50′ – et presque… romantique), MémorialeAnthèmes 2 et Messagequisse. Interprétations très vivantes (il s’agit de versions de concert : Royal Albert Hall de Londres en juillet 2012 et avril 2010 à l’Opéra de Berlin Unter den Linden).

/p>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.