Don Giovanni – Philippe Jordan

Philippe Jordan - Mozart - Don Giovanni - Opéra de Paris

On a eu la chance d’être invité hier soir à une représentation de Don Juan dirigée par Philippe Jordan, car cela a permis d’écouter enfin ‘en live’ ce jeune chef de 37 ans que nous avions eu le bonheur de rencontrer brièvement il y a quelques semaines. Je ne pus m’empêcher alors de lui faire le parallèle entre lui et Rafaël Kubelík, qui le fit sourire : tous deux fils de grands musiciens (le chef Armin Jordan et le violoniste Jan Kubelík), tous deux citoyens suisses, chefs d’orchestre internationaux, compositeurs et grands pianistes…
S’il est connu principalement en France pour son activité à l’Opéra de Paris où il dirige le répertoire (Mozart, Wagner, Strauss principalement, bientôt Carmen), Philippe Jordan ne cesse d’agrandir son répertoire d’œuvres symphoniques et dirige souvent des partitions choisies de la musique d’aujourd’hui (comme la création du concerto pour violon de Bruno Mantovani à Pleyel en février dernier ou la dernière œuvre de Carigliano à Rome en janvier).Fils du chef d’orchestre Armin Jordan, il fit ses débuts – comme Karajan – en tant que Kappellmeister au Stadttheater d’Ulm, puis sera 3 ans durant directeur musical de l’Opéra de Graz et de l’Orchestre philharmonique de Graz où il apprendra le métier de son propre aveu. C’est aussi un pianiste de haut niveau et également un compositeur, même s’il préfère rester discret sur ce sujet pour l’instant.Outre Carmen et le Ring, les Parisiens auront la chance de pouvoir l’écouter l’an prochain dans le répertoire symphonique : Triple de Beethoven et Ein Heldenleben en mars, 10e de Chostakovitch en mai, Requiem de Verdi en juin. Enfin, en avril, il sera au piano, avec la comédienne Marthe Keller, pour accompagner au piano le baryton Roman Trekel dans La Belle Maguelonnede Brahms.

Pour ce qui est du Philippe Jordan chef de fosse, on a été bluffé par son absolue maîtrise de toutes les forces en concours : pas un décalage fosse-scène, la précision sans faille de sa battue (très variée d’ailleurs), son attention à tous les protagonistes : par exemple, il ne quitta pas des yeux le joueur de mandoline pendant toute sa partie dans la Sérénade. Les couleurs étaient magnifiques, dans des tempi certes généralement mesurés, avec parfois des pianissimi d’une grande efficacité musicale (gageons que dans 25 ans il ne fléchira plus à moitié les genoux pour obtenir une nuance piano, voire carrément accroupi pour un pianissimo…). Juste une impression : il me semble que l’on entend moins d’aigus des cordes au parterre qu’au premier balcon par exemple.

Sinon, il se confirme bien que l’Opéra de Paris se situe au top niveau international grâce au meilleur orchestre français, à des distributions toujours bien choisies, que les solistes soient déjà célèbres ou non, et à des mises en scènes de qualité. La mise en scène de Michael Haneke était superbe et les solistes pratiquement tous remarquables : nos 2 stars ‘baroques’, Véronique Gens – digne et émouvante Donna Elvira – et Patricia Petibon – peut-être pas la voix la plus mozartienne, mais quelle voix !, sans oublier la Zerline de Gaëlle Arquez ; parmi les chanteurs on aura bien sûr été éblouis par Peter Mattei dans le rôle titre, tant par sa prestation vocale que par son jeu scénique.


24/5/12 : On a assisté à la générale du concert d’hier soir à l’Opéra de Paris : Prélude à l’après-midi d’un faune, Nuits d’été et Le Sacre. C’était épatant de voir ce grand chef dans ses oeuvres : autorité naturelle, profession-nalisme, clarté de la gestuelle, avec un (superbe) orchestre très concentré et à l’écoute : ainsi quand il demande dans le Spectre de la rose au clarinettiste de jouer un passage de façon un peu plus éthérée (« c’est le spectre de la rose, pas la rose ! »), non seulement le clarinettiste le fait, mais tout l’orchestre change également légèrement sa sonorité… On eut droit à une mise en place du Sacre impeccable et évidemment le Boléro, donné sans doute hier soir en bis, ne vit pas son tempo s’accélérer…

(19/12/12) Décidément sa prestation dans Carmen à l’Opéra de Paris en ce moment n’a pas bonne presse… Ce qui est amusant c’est que les critiques, n’étant pas satisfaits du spectacle, se mettent tous à critiquer l’acoustique « hall de gare » de l’Opéra Bastille. On est bien d’accord avec eux – on se rappelle une 7e de Bruckner par Celibidache horrible tellement le son semblait perdu on ne sait où – mais c’était bien au même endroit qu’a été donné ce superbe Don Juan par le Même Philippe Jordan, avec un orchestre et un chœur certainement pas plus fourni !

We had the chance to be invited yesterday evening to a representation of Don Giovanni directed by Philippe Jordan. Chance, because it was possible to finally see live this young 37 years old conductor who we were fortunate to briefly meet a few weeks ago. I then couldn’t prevent myself from presenting him a parallel between him and Rafaël Kubelík, which made him smile: both are sons of renowned musicians (the conductor Armin Jordan and the violinist Jan Kubelík), both Swiss citizens, international conductors, composers and great pianists… If he is mainly known in France for his activity with the Opera of Paris where he conducts the ‘répertoire’ (Mozart, Wagner, Strauss mainly, soon Carmen), Philippe Jordan increases his repertory of symphonic works and often conducts selected partitions of contemporary music (like the creation of the concerto for violin by Bruno Mantovani in Pleyel last February or the last work of Carigliano in Rome). Son of the conductor Armin Jordan, he made his beginnings – as Karajan – as Kappellmeister in Stadttheater in Ulm, then will be 3 years lasting musical director of the Opera of Graz and the philharmonic Orchestra of Graz where he will learn the job, as he quoted it. He is also a high level pianist and a composer, even if he prefers to remain discrete on this subject for the moment. In addition to Carmen and the Ring, the Parisian will be be able to listen to him next year in the symphonic repertoire: Triple of Beethoven and Ein Heldenleben in March, 10th of Shostakovich in May, Requiem of Verdi in June.

Lastly, in April, he will be at the piano, with the actress Marthe Keller, to accompany the baritone Roman Trekel in The Beautiful Maguelonne by Brahms. As regards to the Philippe Jordan opera conductor, one was bluffed by his absolute control of all the forces in contest: not a shift pit-scene, precision without fault of his beating (very varied besides), his attention to all the protagonists: for example, he did not leave eyes from the mandoline player during all his part in the Serenade. The colors were splendid, in certainly generally measured tempi, with some pianissimi of a great musical effectiveness (let us guarantee that in 25 years he will not any more bend with half the knees to obtain a nuance piano, even straightforwardly squatted for a pianissimo…). Just an impression: it seems to to me that one hears less treble from the strings from the ‘parterre’ than from the first balcony for example.

Anyway, it is well confirmed that the Opera of Paris is at the best international level thanks to the best French orchestra, with distributions always well selected, soloists being already famous or not, and with quality stagings. The staging of Michael Haneke was superb and the soloists practically all remarkable: our 2 ‘baroques’ stars , Véronique Gens – worthy and moving Donna elvira – and Patricia Petibon – perhaps not the most Mozartian voice, but what a voice! – without forgetting Zerline by Gaëlle Arquez; among the singers one will of course has been dazzled by Peter Mattei in the title role, as well by his singing and by his scenic play.

Murray Perahia – Salle Pleyel Murray Perahia – Salle Pleyel

Murray Perahia – Salle Pleyel

 Murray Perahia
Murray Perahia
Triste soirée à la salle Pleyel avec Murray Perahia, qui nous a fait rentrer à la maison après l’entracte.

Ça a commencé avec un premier mouvement de la Sonate au Clair de lune de Beethoven très bien, très belle sonorité, puis un Allegretto sans esprit et un Presto agitato qui tournait à vide.

Le Carnaval de Vienne qui suivait était pire : outre de nombreux accrocs qui passeraient volontiers dans une interprétation engagée, on avait l’impression d’entendre plutôt du Mendelssohn. Bref, on était bien désolés.

Mais les avis sont unanimes pour trouver son dernier récital du 4/6/2014 à Pleyel exceptionnel !

Big disenchantment yesterday with Murray Perahia, in the – too big for a piano recital? – Salle Pleyel in Paris: we quitted after the intermission: the Moonlight Sonata and the Vienna carnival, besides many snags, were played like Mendelssohn and we never felt concerned at all…

But all attendees say his last recital on June 6 2014 was exceptional!

Murray Perahia – Salle Pleyel

 Murray Perahia
Murray Perahia

Triste soirée à la salle Pleyel avec Murray Perahia, qui nous a fait rentrer à la maison après l’entracte.

Ça a commencé avec un premier mouvement de la Sonate au Clair de lune de Beethoven très bien, très belle sonorité, puis un Allegretto sans esprit et un Presto agitato qui tournait à vide.

Le Carnaval de Vienne qui suivait était pire : outre de nombreux accrocs qui passeraient volontiers dans une interprétation engagée, on avait l’impression d’entendre plutôt du Mendelssohn. Bref, on était bien désolés.

Big disenchantment yesterday with Murray Perahia, in the – too big for a piano recital? – Salle Pleyel in Paris: we quitted after the intermission: the Moonlight Sonata and the Vienna carnival, besides many snags, were played like Mendelssohn and we never felt concerned at all…

Ravel – Tombeau de Couperin

On s’est rappelé que l’on avait 3 versions de concert du Tombeau de Couperin de Ravel par Kubelik ; pourquoi pas une petite comparaison avec les versions officielles dont on dispose ?
Je ne reviendrai pas ici sur le fait que ce très grand chef fut mésestimé – en partie par sa faute, lui qui détestait le ‘star system’ – mais d’autant plus dans le répertoire français : ce fut notamment un grand Berlozien (il fut principalement à l’origine de la redécouverte des Troyens, pas Colin Davis, par exemple).
Au-dessus, les versions dont on dispose ; on voit que Martinon est le plus lent, Paray le plus rapide, Tharaud est là comme témoin pour la version orginale pour piano.

Chacune des six pièces est dédicacée à des amis du musicien, tombés au feu au cours de la Première Guerre mondiale.
Prélude – à la mémoire du lieutenant Jacques Charlot (qui travailla sur sa musique aux éditions Durand)
Fugue – à la mémoire de Jean Cruppi (dont la mère avait participé à la mise en scène de L’Enfant et les sortilèges)
Forlane – à la mémoire du lieutenant Gabrel Deluc
Rigaudon – à la mémoire des frères Pierre et Pascal Gaudin
Menuet –  à la mémoire de Jean Dreyfus (beau-frère de Roland-Manuel)
Toccata  – à la mémoire du capitaine Joseph de Marliave (ce dernier, musicologue, était l’époux de Marguerite Long qui donna la première du Tombeau de Couperin).

4 pièces seront ‘orchestrées’ (plutôt recomposées) en 1929 : PréludeForlaneMenuet et Rigaudon.
L’écoute de la version Tharaud (d’une prise de son peu précise) met l’accent – avec talent et distinction -, comme on s’y attendait connaissant le répertoire du pianiste, sur le classicisme de l’oeuvre. Un peu comme pour Mozart, la perfection classique et parfois glacée de Ravel nous semble  toujours un paravent masquant sinon une angoisse, en tout cas un mystère, même si le pastiche peut tourner à la pochade secrète : cf. analyse de la Forlane

Prélude
Paray est donc très rapide, avec un orchestre et une prise de son très brillants.
Cluytens parait moins décidé, c’est moins bien fini orchestralement.
Kubelík 1962 : malgré la mauvaise prise de son, on entend bien que ce sont des bois allemands, un peu plus « patauds », on regrette le ‘piqué’ des cordes de Paray, mais le drame sous-jascent jusque là apparaît au n° 7, avec la trompette ; le concert de 1972 toujours à la Bavaroise paraît un peu en deçà.
Boulez à New York pâtit d’une prise de son un peu distante, c’est très bien en place, mais l’intérêt se dissipe peu à peu.
Martinon bénéficie de bois et de vents superbes, c’est beau sans plus.
Dans la même durée, revoici Kubelík à Chicago en 1983, de belles intentions, mais comme Boulez, cela manque d’animation dans la 2e partie.
Gelmetti : c’est tout juste si l’on entend les hautbois, on laisse pour la suite.


Pour la Forlane, on peut entendre l’original de Couperin ici.

Paray : on n’entend pas assez les bois, notamment la flûte, mais c’est très élégant (toujours ces cordes).
Cluytens : On entend mieux les timbres, çà manque un peu d’allant, on aime bien les hautbois un peu nasillards. La 2e partie est mieux, finalement très ‘Forlane’ et très ‘Couperin’.
Kubelík est sans doute mieux : 

C’est encore mieux en 1972 : de la tenue, du chic.
Boulez : la plus lente, du coup les appuis sont un peu trop marqués, c’est dommage, de beaux timbres.
Martinon : plus de ‘chair’, plus de timbres, d’expressivité aux cordes, c’est un peu moins bien en place que chez Boulez mais bien plus vivant et coloré.
Kubelík – Chicago : c’est un peu moins bien tenu qu’avec la Bavaroise, mais de beaux moments de poésie.

Menuet

Paray, le plus rapide, est parfait, Cluytens paraît un peu survolé : des détails n’apparaissent pas, certaines indications sont plus ou moins respectées… on l’écarte.
Kubelík 62 : en plus de sa science des cordes de par sa formation de violoniste, il savait faire dialoguer les bois et les vents comme personne ; la version la plus émouvante jusqu’ici. A peine moins heureux en 1972.
Boulez toujours lointain, on ne se sent pas concerné, on écarte.
Martinon fait le plus penser à Kubelík, dont il était très proche, comme Klemperer – superbe fusion des timbres, un petit peu sollicité (cordes).
Kubelík en 83 est un peu plus rapide, un peu moins bien qu’avec ses Bavarois.

Rigaudon
Paray court la poste et cette fois çà semble un peu trop rapide, mais la Pastorale centrale est pleine d’esprit.
Kubelík 62 sonne un peu plus épais, mais c’est l’évidence même avec des rythmes de danse plus affirmés. C’est encore une fois à peine moins bien en 72.
Martinon : c’est assez cuivré, beaucoup de ‘chic’ au bon sens du terme.
Kubelík 83 est plus lent, toujours un peu moins bien qu’à Munich.

Conclusion : Martinon (EMI)  est un premier choix dans une superbe intégrale Ravel, Paray (Mercury) a ses atouts dans un CD qui comprend aussi des Escales de Jacques Ibert atmosphériques à souhait. La qualité des versions Kubelík montre une fois de plus qu’il n’est pas nécessaire de chanter dans son arbre généalogique pour interpréter une musique d’une autre nationalité. Si Audite pouvait rééditer ce concert…

 

Remembering I get 3 versions in concert of Ravel’s Le tombeau de Couperin by Kubelik, why not a small comparison with some official versions?

I won’t repeat here how much he is unconsidered, partly by his fault, rejecting fiercely the “star system” – but all the more in the French repertory: he was in particular a great Berlozian (he was mainly at the origin of the rediscovery of les Troyens, for example).

Above, the versions I get; it appears that Martinon is the slowest, Paray the fastest, Tharaud is here as a witnesses for the original version for piano.

Each of the six parts is dedicated to friends of the musician, who died during the First World War.

Prélude – to the memory of lieutenant Jacques Charlot (who worked on his music with the Durand editions)
Fugue – to the memory of Jean Cruppi (whose mother had taken part in the setting in scene of L’enfant et les sortilèges)
Forlane – to the memory of lieutenant Gabrel Deluc
Rigaudon – to the memory of the brothers Pierre and Pascal Gaudin
Menuet – to the memory of Jean Dreyfus (brother-in-law of Roland-Manuel)
Toccata – to the memory of captain Joseph de Marliave (this last, musicologist, husband of Marguerite Long who gave the première of Le tombeau de Couperin).

4 parts “will be orchestrated” (rather recomposed) in 1929: Prelude, Forlane, Menuet and Rigaudon. The listening of the Tharaud version (in a sound lacking of focus) emphasizes – with talent and distinction – the classicism of the work.

Prélude

Paray is very fast, with brillant orchestra and sound recording.
Cluytens appears less decided, is less orchestrally refined
Kubelík 1962: in spite of the bad sound, one hears well that they are German wood, a little more lumpish, one regrets the “piqué” of the strings with Paray, but the drama under-jascent until there appears with the n° 7, with the trumpet; the concert of 1972 with the Bavarian again appears a little bit below.
Boulez in New York suffers from a little distant sound recording, it is very well tuned, but the interest fades rapidly.
Martinon profits from superb wood and winds, it is beautiful without more.
In the same duration, again Kubelík in Chicago in 1983, beautiful intentions, but as Boulez, it misses some animation in the 2nd part.
Gelmetti: you can hardly hear the oboes are heard, we will discard it.

Forlane, one can hear the original of Couperin here.

Paray: one does not hear enough woods, in particular the flute, but it is very elegant (always these strings).
Cluytens: One hears better the tones, it lacks a little bit of energy, we like the oboes, a little nasal. The 2nd part is better, finally very “Forlane” and very “Couperin”.
Kubelík is undoubtedly better:

 
It is still better in 1972.
Boulez: the slowest, accents are marked a little too much.
Martinon: more “flesh”, more colors, more expressive strings, a little less refined than Boulez but much more living.
Kubelík – Chicago: it is a little less better held that with the Bavarian one, but there are beautiful moments of poetry.

Menuet

Paray, the fastest, is perfect,
Cluytens appears a little overflown: details do not appear, some indications are more or less respected…
Kubelík 62: in addition to his science of the strings from his violinist career, he could make dialogue wood and winds like no one; this is the more moving version  up to now.
Almost as good in 1972.
Boulez  always remote, one does not feel concerned.
Martinon makes more think of Kubelík, to whom he was very close, as with Klemperer – superb fusion of tunes, solicited a little bit (strings).
Kubelík in 83 is a little faster, a little less good than with his Bavarians.

Rigaudon

Paray is a little too fast, but the Pastoral part is full with spirit.
Kubelík 62 sounds a little thicker, but it is the obviousness even with more marked rates/rhythms of dance. It is once again hardly less good into 72.
Martinon: it is rather coppered, much of “knack” in the good sense of the term.
Kubelík 83 is slower, always a little less good than in Munich.

 Conclusion

Martinon (EMI) is a first choice in a superb Ravel integral, Paray (Mercury) has its assets in a CD which includes also atmospheric Escales of Jacques Ibert.
The quality of the Kubelík versions shows once more that it is not necessary to sing in its family tree to interpret a music of another nationality. If Audite could publish this 1962 concert…