Archives par mot-clé : Sarah Nemtanu

Découverte de Sarah Nemtanu – Sarah Nemtanu : a discovery

On a eu le bonheur d’assister hier au Châtelet, lors d’une soirée de gala pour Amnesty International, à un concert donné par l’Orchestre national de France dirigé par Kurt Masur : Concerto pour violon de Tchaïkosvky et 1e de Chosta.
L’émotion était palpable au niveau des musiciens de l’orchestre d’être encore ce soir-là dirigés par cet homme de 85 ans atteint sévèrement par la maladie de Parkinson. Son esprit lui permettait néanmoins de mener son orchestre, à l’aide de petits gestes de la main ou du dos, le tout dans des tempi certes mesurés : s’il n’a jamais été un chef “flamboyant” comme le regretté Svetlanov, il a toujours donné des interprétations impeccables. L’orchestre donna une très belle lecture de la 1e de Chostakovitch (la salle du Châtelet n’est certes pas idéale, mais au moins on n’a pas les oreilles qui vrillent dans les fortissimi).
Mais la révélation du concert fut la soliste Sarah Nemtanu, nommée en 2002  premier violon solo de l’Orchestre national de France, elle semble amenée à développer une brillante carrière de soliste ; on ne s’avait qu’admirer le plus : la virtuosité, la sonorité, le sens du rythme et de la phrase, son interprétation était à la fois sensible, teintée d’humour et surtout émouvante. On a entendu encore plus impérial (Oistrakh…), flamboyant (Zuckerman…), mais rarement une lecture d’une telle évidence ! (28/4/12)En complément, Sarah, fille de Vladimir Nemtanu, ancien violoniste soliste de l’Orchestre national Bordeaux Aquitaine, est aussi la sœur de Deborah, violon solo super soliste de l’Ensemble orchestral de Paris… Artiste éclectique (son disque Gypsic, ses concerts avec Didier Lockwood…), elle se produit régulièrement avec sa sœur.On a été très ému d’apprendre la chute de Kurt Masur dans le public lors du concert de jeudi dernier au Théâtre des Champs Élysées. En le voyant arriver la veille sur son podium, on avait remarqué un geste furtif, comme pour vérifier la solidité de la barre arrière de protection… On râle suffisamment contre les interdictions de prendre quelques photos, sans flash bien sûr, que ce soit en concert ou en exposition, pour se réjouir d’apprendre qu’un trompettiste de l’orchestre a pris à partie un spectateur qui tentait à tout prix de prendre une photo du chef effondré : il y a des limites à l’abjection… (1/5/12 : les nouvelles sont rassurantes…).
Au fait pourquoi pas la version sur Ehru ?
We attended at the Châtelet yesterday, an official reception for Amnesty International, with a concert given by the national Orchestra of France conducted by Kurt Masur: Tchaikovsky Concerto for violin of and 1stby Shostakovich.The emotion was palpable among the musicians to be still this evening directed by this 85 year old man severely ill from Parkinson’s disease. Its spirit enabled him nevertheless to carry out the orchestra, using small gestures of his hands or his back – the whole concert was given in certainly measured tempi: if he has never been a “blazing” conductor like the late Svetlanov, he always gave impeccable interpretations. The orchestra gave a very beautiful account of the Shostakovich (the Châtelet hall is certainly not ideal, but at least you don’t get your hears twisted in the fortissimi).

But the revelation of the concert was the soloist Sarah Nemtanu, named in 2002 first solo violin of the national Orchestra of France, who seems brought to develop a brilliant career of soloist; no one knew what to admire most: virtuosity, sonority, sense of rhythm and the phrasing, her interpretation was at the same time sensitive, tinted with humor and especially moving. One heard even more imperial (Oistrakh…), blazing (Zuckerman…), but rarely a reading of such an obviousness!

And what about an Erhu version?

Ce concert a été édité – En tout cas via Quobuz, la vie du concert s’est éteinte…