Récital du pianiste Romain David

Romain David à l’Institut hongrois

Il arrive que l’on ait parfois plus d’émotions musicales à l’écoute d’un récital de piano dans une petite salle qu’à Gaveau, au TCE ou à la Philharmonie… Il faut remercier encore une fois Ethel Rey et son association Arthemes pour inviter des artistes de grande qualité.

J’avais déjà été frappé par la qualité du pianiste Roman David lors de la publication d’un CD Dvorak / Suk en 2014, impression confirmée par deux autres CD consacrés à Ginastera et Koechlin. D’où mon grand intérêt de l’écouter en soliste.
Un programme copieux et exigeant… :
Chopin – un Nocturne, Tarentelle, Berceuse, Barcarolle
Debussy – 2e cahier d’Images, l’Isle joyeuse
Liszt – Sonate

Pour résumer ce récital, on a entendu des interprétations et respectueuses des textes et rendues avec un engagement total grâce à de grands moyens pianistiques.
Une merveilleuse Berceuse par exemple, que j’ai écouté 130 fois … j’y ai pourtant entendu hier soir de nouveaux éclairages. Caractérisation parfaite des deux Chopin suivants, une Tarentelle débridée et une Barcarolle si bien timbrée, phrasée et agencée.  Un festival d’ambiances et de sonorités dans Debussy (les pianissimi à la fin des Cloches) et frissons garantis dans l’Isle joyeuse. Et une superbe Sonate de Liszt, à la sonorité puissante (quelle main gauche..) dans une grande rigueur rythmique, et tout ça sans quasiment de fausses notes malgré des tempi sans concession.
En bis un Nocturne de Louis Aubert (1877-1968), compositeur auquel il vient de consacrer un enregistrement.

Dernière parution : un CD Debussy / Tôn-Thât Tiêt, mais il ne m’est pas parvenu.
On aimerait que la page agenda de son site soit renseignée afin de savoir quand on pourra le réentendre !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.