Ophélie Gaillard à l’Opéra

Don Juan, La Flûte, Les Capulets, l’Elixir, Rigoletto, Le Bal masqué, Don Carlos, Tosca, Butterfly, Eugène Onéguine, Tannhäuser, Les Contes d’Hoffmann, La Périchole et la Dame de pique : il y a du beau monde réuni autour d’Ophélie Gaillard dans ce programme de transcriptions d’air d’opéras. J’ai eu l’occasion d’interviewer l’artiste l’an dernier, inutile de rappeler ici l’excellence des violoncellistes français, mais je garderai toujours en mémoire une master classe où elle faisait travailler une sonate de Chosta et le véritable choc sonore quand elle joua elle-même l’extrait devant l’étudiant…

Amusant de voir sa découverte il y  vingt ans des possibilités de son instrument de chanter l’opéra ! L’ampleur de sa sonorité, la justesse de son intonation, son lyrismes parcourent l’album et donnent envie de chanter avec elle (juste l’envie heureusement). Les transcriptions – y compris celle du chef pour Tell – sont convaincantes. À noter la présence du chanteur Nahuel Di Pierro pour l’extrait en français de Don Carlos.

Frédéric Chaslin dirige de belle façon un jeune ensemble, le Vienna Morphing Orchestra, enregistré avec une grande réverbération, mais la soliste est très bien captée et l’ensemble très agréable. Un disque qui permet de se consoler de ne plus aller à l’opéra…


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.