Nouveautés Bach – Dimitri Malignan – Saya Hashino – Julien Libeer – Lillian Gordis

Quelques nouveautés Bach parmi les CD reçus.

Dimitri Malignan

J’en suis à ma troisième écoute du CD du pianiste Dimitri Malignan… Est-ce dû à l’utilisation du « nouveau piano » (2013) de Daniel Barenboim, un piano à queue à cordes parallèles de Chris Maene, de plus très bien capté, en tous cas on entend rarement au piano un Bach aussi clair et lisible : chaque note timbre et attire l’attention, la musique semble couler de source. Les œuvres proposées ne sont pas les plus fréquentées de Bach : Capriccio, 15 Sinfonias jusqu’à la plus connue Fantaisie BWV 906, avec ici sa fugue inachevée.

Mais c’est surtout la beauté du style du pianiste qui nous ensorcèle en quelque sorte. Une superbe réussite. Un disque Hortus.


Saya Hashino

Un autre disque qui m’a pris par les oreilles, celui de la pianiste, claveciniste et organiste Saya Hashino – un récital Bach enregistré sur l’orgue de l’église Saint-Germain de Genève. Ici encore, clarté de l’instrument, évidence du jeu de l’organiste retiennent l’attention de bout en bout. Les pièces figurant dans l’album sont cette fois plus fréquentées et constituent un programme varié. trè s belle sonorité de l’instrument moderne (1980). 

Un disque Solo Musica.


Julien Libeer

Retour au piano moderne (toujours celui de Chris Maene…) avec un programme intéressant qui réunit des Préludes  du Clavier bien tempéré de Bach en majeur avec des pièces d’autres compositeurs dans la tonalité mineure correspondante, dans un double album. Sont ainsi conviés rien moins que Beethoven, Brahms, Busoni, Chopin, Chostakovitch, Fauré, Ligeti, Mozart, Ravel, Rachmaninov, Reger et Schoenberg…

Après chaque excursion dans le temps, chaque Prélude et fugue sonne l’impression de rentrer à la maison…  (sauf peut-être avec Reger !).  Julien Libeer nous propose ainsi un programme passionant, varié, avec encore une fois une clarté de jeu et un style élégant.

Un disque Harmonia Mundi.


Lillian Gordis

La claveciniste américaine Lillian Gordis propose un double album également copieux et varié de grandes pièces de Bach, sur une copie de clavecins anciens : 2 Partitas, 2 suites anglaises et des Préludes et fugue du Clavier bien tempéré

Ce sont des lectures engagées, vivantes, virtuoses et caractérisées. Un instrument d’une très belle sonorité et bien capté. Un disque très réussi pour ceux qui aiment leur Bach au clavecin.

Un album Paraty.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.