Le Groupe des Six – Pierre Brevignon

Pierre Brevignon est le co-auteur du réjouissant Dictionnaire superflu de la musique classique (cf. – j’ai trouvé trace de la fille de Poulenc depuis…).
Ce petit ouvrage relate de façon à la fois allègre et documentée l’histoire de ce fameux groupe éphémère (1916-1921) de musiciens, sous la houlette publicitaire et grandiloquente du génial touche-à-tout Jean Cocteau.

L’auteur s’amuse à nous relater sa rencontre avec ces musiques : jeune ado, il avait demandé pour son anniversaire “Parade” de Prince et se retrouva avec Satie, Auric et Milhaud…

Né pendant la guerre, le propos de Cocteau était de créer une musique nouvelle (alliant simplicité, jazz, cirque…) tordant le coup aux wagnérismes et debussysmes de tout poil (“on ne peut pas se perdre dans le brouillard Debussy, comme dans a brume Wagner, mais on y attrape du mal”), la figure tutélaire du groupe étant Erik Satie. L’écrit fondateur des positions esthétiques de Cocteau sera Le Coq et l’arlequin.

 

 

 

Le groupe des Six aura créé seulement deux œuvres collectives : un recueil pour le piano Album des Six, et un ballet, Les Mariés de la Tour Eiffel. Finalement, seuls le néoclassicisme et la “deuxième” école viennoise connaîtront ensuite une longue pérennité, “Les Viennois révolutionnent, les Parisiens se contentent d’une révolte”.

Un livre très agréable à lire et enrichissant.

(L’auteur commente avec à-propos le tableau de Jacques-Émile blanche repris en couverture : la figure centrale en est la pianiste Marcelle Meyer, seulement amie de membres du groupe, Honegger et Tailleferre sont presque escamotés, comme Jean Cocteau sur la droite, tandis que figure au fond le musicien Jean Wiener et non Louis Durey).

Le Groupe des Six – Une histoire des années folles – Pierre Brévignon – Actes Sud – 2020 – 246 p. – 20 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.