Kubelik – Intégrale des enregistrements EMI / HMV

Kubelik - Intégrale EMI
Kubelik – Intégrale EMI

Bartók: Two Portraits Op. 5 – Concerto for Orchestra
Beethoven: Symphony No. 6
Berlioz: La Damnation de Faust, Op. 24 (excerpts)
Borodin: Prince Igor: Polovtsian Dances – Symphony No. 2 in B minor
Brahms: Hungarian Dances
Dvorak: Symphony No. 7 – Symphony No. 8 – Scherzo capricciosoSlavonic Rhapsody No. 3
Gluck: Iphigénie en Aulide: Overture
Janacek: Sinfonietta – Taras Bulba
Martinu: Les Fresques de Piero della Francesca –  Double Concerto for Strings, Piano & Timpani
Mendelssohn: A Midsummer Night’s Dream, Op. 61 (excerpts) –
Calm Sea and Prosperous Voyage
Mozart: Symphony No. 35 – Haffner’ Serenade – Eine kleine Nachtmusik
Cassation K63 – Symphony No. 36 ‘Linz’  – Symphony No. 38 ‘Prague’  -Symphony No. 41 ‘Jupiter’
Nielsen: Symphony No. 5
Schubert: Symphony No. 4 in C minor – No. 8 ‘Unfinished’  – Symphony No. 9 ‘The Great’
Smetana: The Bartered Bride (highlights) – Má Vlast: excerpts
Tchaikovsky: Symphony No. 4 – Symphony No. 5  –  Symphony No. 6 ‘Pathétique’

Il s’agit de la réédition en 13 Cds de l’intégrale des enregistrements de Kubelík pour EMI / HMV. Il manque curieusement la 4e de Martinu pourtant éditée par Warner… et certains enregistrements jamais édités. Pour les fans, les seules nouveautés sont l’ouverture de Gluck, pour Mendelssohn, Mer calme et 3 extraits supplémentaires du Songe dont on n’avait que l’ouverture, et de Dvorák : Othello et Nature.
Les enregistrements s’échelonnent de 1937 à 1983. Kubelík remplaça Vaclav Talich pour une tournée de l’orchestre philharmonique tchèque en Angleterre avec également George Szell. On fit enregistrer à Kubelík 2 extraits de Ma Patrie, alors que Szell se vit confier la Nouveau monde. Avant son exil, Walter Legge lui fit enregistrer 3 ouvertures de Dvorák et la Sinfonietta de Janacek, en 1946. Il lui fit signer un contrat après son exil, avec à la clef des enregistrements à la tête du Philharmonia et du Royal philharmonic (l’orchestre de Beecham qui le contraint à quitter Covent Garden…) au début des années 50. Sessions qui furent interrompues à la suite de ses 3 ans passés à Chicago (contrat avec Mercury) et ses années à Covent Garden. Le livret ne raconte pas les années noires de la fin des années 50 – cf. document en anglais. Le contrat avec EMI devait se poursuivre et Kubelík fit une 6e de Beethoven avec le Royal philharmonic ; puis, l’orchestre philharmonique de Vienne devint disponible pour EMI : d’où le cycle Schubert, les 3 dernières de Tchaïkovski, et, pour finir le contrat, des pages de Mozart au début des années 60 avant qu’il soit libéré de ce contrat et passe sous étiquette DG à la faveur de sa prise de commande de l’Orchestre de la radio Bavaroise en 1961. On notera q’un de ses enregistrements majeurs manque dans ce coffret : Mathis der Maler d’Hindemith.

Dans la liste ci-dessus, j’ai noté les enregistrements qui me paraissent majeurs, même si les autres se situent tout en haut des interprétations : pour moi, le meilleur enregistrement du Concerto pour orchestre de Bartók : j’ai pourtant comparé près de 50 enregistrements… Sa meilleure Pastorale, des Borodine exemplaires, des Danses hongroises et des Dvorák à pleurer de bonheur musical, une de ses meilleures Fresques, et les extraits absolument époustouflants de La fiancée vendue
Un coffret évidemment INDISPENSABLE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.