Cycle Kryštof Mařatka au Centre tchèque de Paris

C’est Michel Lethiec, que j’avais rencontré avant d’assister au Festival de Prades, qui me parla de son gendre “formidable compositeur”, le franco-tchèque Kryštof Mařatka (1992*). 

C’était hier soir le premier d’une série de neuf concerts organisés par le Centre tchèque de Paris qui lui sont consacrés. 

Hier soir, le programme proposait Nids de cigognes, drame concertant pour alto solo et enregistrement du babillage et des premières manifestations du langage chez l’enfant (2008). Le compositeur présentant l’œuvre indiqua qu’elle durait 35′, légère angoisse. On perdait un peu le fil au bout de quelques minutes, puis on s’est laissé prendre par cette pièce finement structurée et par l’excellent jeu de l’altiste Jitka Hosprová (qui prenait parfois un violon, qu’elle jouait même à l’envers). Le terme de drame concertant apparut bien justifié.

Kryštof Mařatka nous fit entendre un enregistrement de 1909 de chants traditionnels recueillis à l’époque par Leoš Janáček en Moravie et Slovaquie ; en tendant l’oreille on entend même la voix de Janáček félicitant les chanteurs ! 

En deuxième partie, il nous proposait Le Carnet d’un disparu de Janáček, pour ténor, alto, trois voix de femmes et piano. Il était lui même au piano. Il nous lut en français le texte du livret paru dans un journal, écrit par un auteur villageois qui restera longtemps inconnu (on aurait préféré avoir le texte avec nous pour mieux suivre la narration). L’engagement du compositeur-pianiste et du ténor Aleš Briscein , l’intervention de la mezzo Michaela Kapustová, la mise en scène, tout était d’un niveau remarquable.

Il reste huit sessions pour ce cycle – dernière le 18 juin – toutes avec des programmes variés et originaux (films, clavecin, le violoncelliste François Salque, le Quatuor Zemlinsky, des litophones…). On en trouvera les dates et les programmes des prochains concerts ici.

Ne pas hésiter !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.