Bretelles féminines – Mélanie Brégant – Élodie Soulard

Après ceux de Fanny Vincens, me parviennent deux CDs d’accordéonistes consacrés à des transcriptions.

Mélanie Brégant

Mélanie Brégant propose un programme varié de transcriptions de pièces d’orgue :

Félix Mendelssohn (1809-1847) - Sonate en ré mineur op. 65 n°6 (1er mouvement, Choral et variations)
César Franck(1822-1890) - Prélude, fugue et variations en si mineur op. 18
Johann-Sebastian Bach (1685-1750) - Passacaille en do mineur BWV 582
Johann Pachelbel (1653-1706) - Chaconne en fa mineur P 42
Léon Boëllmann (1862-1897) - Suite Gothique op. 25
Thierry Escaich (1965*) - Cinq versets sur le Victimae Paschali

Cette anthologie propose des compositeurs qui avaient certains liens entre eux, par exemple Léon Boëllmann était un admirateur de César Franck, tout comme Thierry Escaich.
Ce dernier me parlait du rapprochement que l’on peut établir entre l’accordéon et l’harmonium, mais la ressemblance sonore entre accordéon et orgue est parfois troublante, notamment ici dans Franck. Que ce soit dans Mendelssohn, Bach ou Pachelbel, on appréciera la lisibilité du discours musical et la chaleur des timbres de l’instrument. 
La transcription de l’œuvre de Thierry Escaich a bénéficié des conseils de ce dernier. On peut préférer l’ampleur de la version pour orgue, mais on appréciera ici la clarté du discours et la qualité rythmique. Mélanie Brégant y fait preuve d’une grande maîtrise tout du long.

Un très beau disque Klarthe.


Élodie Soulard

On va bientôt crouler sous les interprétations des Saisons de Tchaikovsky… Celles de Joseph sont dépassées, celles d’Antonio pas encore.
Après la belle version d’Elena Bashkirova, on a eu notamment Jonas Vitaud et un grand pianiste français va l’enregistrer prochainement, sans compter les multiples transcriptions (nombreuses versions en trio).

Voici cette fois Élodie Soulard qui nous propose sa transcription pour accordéon.  Ces pièces d’inspiration schumannienne trouvent avec cet instrument à la fois chaleur et pittoresque. On passe un bon moment à l’écoute de ce CD, d’autant qu’Élodie Soulard fait elle aussi preuve d’une grande maîtrise, notamment par son contrôle de la dynamique adaptée à chaque mois.

Un disque NoMadMusic à paraître.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.