Alto, orgue et spiritualité

Paul Hindemith (1895-1963) - Trauermusik
Johann-Sebastian Bach (1685-1750) - Christ lag in Todesbanden BWV 625
Gorka Cuesta (1969*) - Mors et vita 
Johann-Sebastian Bach - Ach bleib bei uns, Herr Jesu Christ BWV 649
Loïc Mallié (1947*)- Alors, leurs yeux s'ouvrirent
Johann-Sebastian Bach - Herr Gott, nun schleuss den Himmel auf BWV 617
Édith Canat de Chizy (1950*) - J'ai vu le Ciel ouvert
Johann-Sebastian Bach - Gelobet seist du, Jesu Christ BWV 604
Bernd Alois Zimmermann (1918-1970) - Sonate pour alto solo
Loïc Mallié - Improvisation à l'orgue, sur les thèmes traités dans les pièces précédentes

Programme original pour alto et orgue placé sous le signe de la spiritualité et de Bach, ses chorals à l’orgue (dont un transcrit pour alto et orgue BWV 649 très dansant) encadrant des pièces contemporaines ou modernes pour alto et orgue ou pour chacun des instruments (Zimmermann, Mallié).

3 orgues différents ont été utilisés pour cet enregistrement, situés à Amsterdam dans une sorte de Mecque pour l’orgue que je ne connaissait pas – cf.

Les deux instrumentistes sont des musiciens confirmés, Karsten Dobers, altiste et Loïc Maillé, organiste à l’église de la Trinité.

Le programme débute par une transcription de la Trauermusik d’Hindemith, qui cite un choral de Bach et donne la couleur générale de ce disque, empreinte de spiritualité.
La pièce du compositeur espagnol Gorka Cuesta est d’un écriture très lisible qui permet d’apprécier le contraste sonore des deux instruments (dans une très belle prise de son).
La pièce de Loïc Mallié commence et finit dans un grand calme, la partie centrale rappelant la danse du choral précédent de Bach.
L’œuvre d’Édith Canat de Chizy est celle qui fait dialoguer le plus les deux instruments, avec une superbe écriture pour l’alto ; on retrouve le raffinement instrumental de la compositrice.
Sans sensiblerie, la pièce pour alto solo de Zimmermann a été écrite à la suite du décès de sa fille, « dans l’esprit d’un prélude de choral ». Une œuvre expressive et touchante. L’album se termine par une improvisation de Loïc Mallié sur les thèmes et dans l’atmosphère entendus précédemment.

Un programme original, cohérent, superbement défendu par les deux interprètes.

Une réflexion sur « Alto, orgue et spiritualité »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.