Sarah Lavaud – Edda Erlendsdottir Sarah Lavaud – Edda Erlendsdottir

Sarah LavaudEdda Erlendsdottir

Sarah Lavaud - Leos Janacek
Sarah Lavaud – Leos Janacek

Sarah LavaudEdda Erlendsdottir

Sarah Lavaud - Leos Janacek
Sarah Lavaud – Leos Janacek
Il y a des soirées comme çà ! Invité hier soir par Ethel Rey, la directrice avisée de l’association Arthèmes, à un concert à l’Institut hongrois de Sarah Lavaud, j’ai eu le bonheur de découvrir deux pianistes « pour le prix d’une » : Sarah Lavaud, donc et une belle femme qui avait attiré évidemment mon regard durant le concert et que l’on me présenta au cours du cocktail qui suivait : la pianiste islandaise Edda Erlendsdóttir. Et deux pianistes aussi exigeantes qu’éclairées !

Sarah Lavaud

Elle sortait d’une mauvaise grippe et ne put donner que la première partie du récital prévu, organisé autour de la musique pour piano de Leoš Janácek, dont elle vient de publier un CD chez Hortus. Exigeante : son programme initial était remarquablement construit, éclairé : elle ne se contente pas de jouer, elle présente son programme, mettant en parallèle par exemple, les pièces certes post-romantiques, mais fulgurantes et resserrées de Leoš Janácek, avec le sens de la concision des Scènes d’enfants de Schumann.
Une parenthèse : d’aucun l’aurait trouvé maniérée à cause d’une gestique certes curieuse : le retrait subit de son bras droit après certaines séquences de notes par exemple ; ça me rappelle Elena Satchikova, qui avait toujours l’air de fixer un point fixe au dessus du piano (avec une caractéristique supplémentaire plus embêtante : son tabouret qui reculait au fur et à mesure de l’exécution…). Beaucoup de pianistes ont des mimiques, des expressions d’extase, des grimaces, suent, etc… Pour l’immense majorité des cas, ce ne sont pas des faiseurs, c’est juste leur façon d’être dans ces moments d’extrême tension et concentration. On ne devrait pas aller à un récital de piano comme on va au cirque et si leurs mimiques gênent, fermez les yeux ou regardez ailleurs !

Bien sûr tout n’était parfait lors de ce mini-récital : une main gauche qui couvre par moments un peu la droite par-ci, des accords qui pourraient être plus travaillés par-là, mais bien qu’ayant « baigné » dans les enregistrements de l’épatant Rudolf Firkušný, élève de Janácek, on se sentait bien transporté dans l’univers de ce compositeur si singulier.

CD : Si on compare avec l’aîné tchèque, on pourra certes trouver plus de « naturel » chez celui-ci, mais Sarah Lavaud ne démérite en rien : son jeu est même plus timbré, qualité majeure dans ces pièces (est-ce l’utilisation d’un piano « Stephen Paulello », dont la description dans le livret fait un peu penser aux ‘trouvailles’ dans le domaine de la Hi-Fi ? Il sonne mieux en tout cas que le Steinway standard du concert avec son haut medium désagréable). Disons que Sarah Lavaud est moins ‘orchestrale’ que Firkušný, mais fait preuve peut-être d’une caractérisation supérieure.
A noter dans le CD, outre les 3 fameux Dans les brumesSonate 1/9/1905 et Sur un sentier découvert, la présence de 5 des plus tardives Esquisses intimes, titre donné à la réédition de courtes pièces pour piano en 1994 qui couvrent toute la production du compositeur. Je ne connais pas le CD de Slávka Pěchočová (PragaDigitals) dont Pierre Barbier et Pavel Hůla m’ont dit le plus grand bien, mais on a là une superbe anthologie.

Edda Erlendsdóttir

Quand on m’a présenté, apprenant que j’étais devant une pianiste professionnelle, je me suis lancé en lui demandant si comme moi elle pensait « tout le bien » de la 2e partie du concert donnée par un autre pianiste : on était sur la même « longueur d’onde »…
La conversation avançant, j’apprends qu’elle est tout simplement la belle-sœur de Philippe Manoury, son mari, Olivier, étant également compositeur, mais tendance bandonéon… Son site.
En forme de boutade, quand elle m’a offert un exemplaire de son dernier CD, je lui ai dit que – si son CD me plaisait –  j’intitulerais mon papier « la pianiste venu du froid »…
Elle est en effet d’origine islandaise, mais fréquenta le CNSMP (Pierre Sancan).

Edda Erlendsdóttir
Edda Erlendsdóttir

En fait le titre  serait plutôt « une artiste intelligente »; elle a fondé son propre label et signe ici un très beau récital, d’une très forte cohérence : les dernières pièces de Schubert, de Liszt, les premières de Schoenberg et la sonate de Berg, le tout faisant montre d’une grande cohérence, éclairée par le livret de son beau-frère.

Les Klavierstücke de Schubert déroutent de prime abord : un piano un peu émacié, un jeu avec des notes très détachées, on se dit que ce n’est pas du Lupu ou d’autres interprètes phares de la musique de Schubert. Et pourtant au bout de quelques minutes, on est pris par la gestion du temps musical de la pianiste : l’air de rien, ça se met en place et on est emmené dans un voyage musical très prenant. Les œuvres suivantes qui frisent ou assument l’atonalité sont données avec une simplicité et une évidence de construction qui forcent l’admiration. Une grande artiste, assurément.

PS : un grand merci à Simone Strähle

Il y a des soirées comme çà ! Invité hier soir par Ethel Rey, la directrice avisée de l’association Arthèmes, à un concert à l’Institut hongrois de Sarah Lavaud, j’ai eu le bonheur de découvrir deux pianistes « pour le prix d’une » : Sarah Lavaud, donc et une belle femme qui avait attiré évidemment mon regard durant le concert et que l’on me présenta au cours du cocktail qui suivait : la pianiste islandaise Edda Erlendsdóttir. Et deux pianistes aussi exigeantes qu’éclairées !

Sarah Lavaud

Elle sortait d’une mauvaise grippe et ne put donner que la première partie du récital prévu, organisé autour de la musique pour piano de Leoš Janácek, dont elle vient de publier un CD chez Hortus. Exigeante : son programme initial était remarquablement construit, éclairé : elle ne se contente pas de jouer, elle présente son programme, mettant en parallèle par exemple, les pièces certes post-romantiques, mais fulgurantes et resserrées de Leoš Janácek, avec le sens de la concision des Scènes d’enfants de Schumann. 
Une parenthèse : d’aucun l’aurait trouvé maniérée à cause d’une gestique certes curieuse : le retrait subit de son bras droit après certaines séquences de notes par exemple ; ça me rappelle Elena Satchikova, qui avait toujours l’air de fixer un point fixe au dessus du piano (avec une caractéristique supplémentaire plus embêtante : son tabouret qui reculait au fur et à mesure de l’exécution…). Beaucoup de pianistes ont des mimiques, des expressions d’extase, des grimaces, suent, etc… Pour l’immense majorité des cas, ce ne sont pas des faiseurs, c’est juste leur façon d’être dans ces moments d’extrême tension et concentration. On ne devrait pas aller à un récital de piano comme on va au cirque et si leurs mimiques gênent, fermez les yeux ou regardez ailleurs !

Bien sûr tout n’était parfait lors de ce mini-récital : une main gauche qui couvre par moments un peu la droite par-ci, des accords qui pourraient être plus travaillés par-là, mais bien qu’ayant « baigné » dans les enregistrements de l’épatant Rudolf Firkušný, élève de Janácek, on se sentait bien transporté dans l’univers de ce compositeur si singulier.

CD : Si on compare avec l’aîné tchèque, on pourra certes trouver plus de « naturel » chez celui-ci, mais Sarah Lavaud ne démérite en rien : son jeu est même plus timbré, qualité majeure dans ces pièces (est-ce l’utilisation d’un piano « Stephen Paulello », dont la description dans le livret fait un peu penser aux ‘trouvailles’ dans le domaine de la Hi-Fi ? Il sonne mieux en tout cas que le Steinway standard du concert avec son haut medium désagréable). Disons que Sarah Lavaud est moins ‘orchestrale’ que Firkušný, mais fait preuve peut-être d’une caractérisation supérieure. 
A noter dans le CD, outre les 3 fameux Dans les brumesSonate 1/9/1905 et Sur un sentier découvert, la présence de 5 des plus tardives Esquisses intimes, titre donné à la réédition de courtes pièces pour piano en 1994 qui couvrent toute la production du compositeur. Je ne connais pas le CD de Slávka Pěchočová (PragaDigitals) dont Pierre Barbier et Pavel Hůla m’ont dit le plus grand bien, mais on a là une superbe anthologie.

Edda Erlendsdóttir

Quand on m’a présenté, apprenant que j’étais devant une pianiste professionnelle, je me suis lancé en lui demandant si comme moi elle pensait « tout le bien » de la 2e partie du concert donnée par un autre pianiste : on était sur la même « longueur d’onde »…
La conversation avançant, j’apprends qu’elle est tout simplement la belle-sœur de Philippe Manoury, son mari, Olivier, étant également compositeur, mais tendance bandonéon… Son site.
En forme de boutade, quand elle m’a offert un exemplaire de son dernier CD, je lui ai dit que – si son CD me plaisait –  j’intitulerais mon papier « la pianiste venu du froid »… 
Elle est en effet d’origine islandaise, mais fréquenta le CNSMP (Pierre Sancan). 

Edda Erlendsdóttir
Edda Erlendsdóttir

En fait le titre  serait plutôt « une artiste intelligente »; elle a fondé son propre label et signe ici un très beau récital, d’une très forte cohérence : les dernières pièces de Schubert, de Liszt, les premières de Schoenberg et la sonate de Berg, le tout  faisant montre d’une grande cohérence, éclairée par le livret de son beau-frère.

Les Klavierstücke de Schubert déroutent de prime abord : un piano un peu émacié, un jeu avec des notes très détachées, on se dit que ce n’est pas du Lupu ou d’autres interprètes phares de la musique de Schubert. Et pourtant au bout de quelques minutes, on est pris par la gestion du temps musical de la pianiste : l’air de rien, ça se met en place et on est emmené dans un voyage musical très prenant. Les œuvres suivantes qui frisent ou assument l’atonalité sont données avec une simplicité et une évidence de construction qui forcent l’admiration. Une grande artiste, assurément.

PS : un grand merci à Simone Strähle

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.