Rencontre avec – A meeting with – Pavel Hula

Rencontre avec – a meeting with – Pavel Hula

Pavel Hůla
Pavel Hůla

Rencontre avec Pavel Hůla (10/3/2014)

Malheureusement, quelques mois après cette interview, Pavel devait abandonner également son poste pour raisons de santé et je n'ai plus de nouvelles (2/2017)

Ayant toujours été assez fan du quatuor Pražák, on était ravi de pouvoir rencontrer son Primarius, qui remplaça l’infortuné Václav Remeš en 2010.  J’ai cru comprendre que c’était la deuxième fois qu’il se produisait au Théâtre des Champs-Elysées où nous avions rendez-vous, et jouer dans ce lieu qui vit il y a à peine plus d’un siècle la création du Sacre du printemps, qui plus est par une superbe journée ensoleillée, le remplissait d’aise.

Non, Pavel Hůla n’a pas quitté les Kocian…

D’emblée, Pavel veut tordre le coup à des rumeurs qui circulent sur le Net laissant entendre qu’il aurait « trahi » le quatuor Kocian pour partir rejoindre les Pražák. La vérité est toute autre : les membres du quatuor Kocian vieillissaient et l’on atteignait une différence d’âge de plus de 22 ans entre le violoncelliste et l’altiste. Après environ 3 200 concerts, ils décidèrent qu’il était mieux d’arrêter l’aventure (le jeune altiste a rejoint depuis le quatuor Martinů).

Ce n’est que 2 à 3 mois plus tard que les membres du quatuor Pražák le contactèrent pour remplacer leur premier violon Václav Remeš, atteint de dystonie. Plutôt que de chercher un brillant instrumentiste en Europe, ils préféraient s’adjoindre Pavel, pour garder leur spécificité musicale tchèque ; ils se connaissaient bien par ailleurs, sont du même âge, sont issus de l’Académie de musique de Prague et avaient déjà collaboré (sextuors…).

Le nouveau quatuor Pražák

Les répertoires de chaque quatuor avaient chacun leur spécificité : Les Kocian avec les compositeurs « de » Terezin, les Pražák avec la 2e École de Vienne. C’est ainsi que Pavel dût apprendre la Suite lyrique de Berg en 3 semaines… Le répertoire des Pražák va de Haydn à Rihm et Dusapin et est devenu un peu un mix de ceux des deux formations préalables.

Les membres du quatuor Pražák sont des monstres de travail : Pavel me disait qu’encore aujourd’hui ils avaient répété pendant une bonne heure le Quatuor américain de Dvorák, alors qu’ils l’ont joué des dizaines voire des centaines de fois… [Et on peut dire que ce soir au Théâtre des Champs-Élysées, ce fut remarquable : c’est un peu comme quand on entend une symphonie de Dvorák dirigée par un tchèque – Kubelík au hasard… – d’autres ensembles peuvent jouer ça parfaitement, mais « c’est pas pareil ». Ce qui ne veut pas dire évidemment, comme le chef susnommé, qu’ils n’excellent pas dans bien d’autres répertoires : cf. Haydn ou Schoenberg].

Les ans passant (Pavel Hula par exemple est né en 1952), leur nombre de concerts a tendance à diminuer (60 à 70 par an au lieu de 80 précédemment) et ils restreignent un peu leur vaste répertoire, préférant approfondir la qualité au maintien de la quantité (encore que pendant la Folle journée de Nantes, ils jouèrent notamment les Madrigaux et le 2e quintette avec piano de Martinu, un sextuor de Korngold, un quintette d’Ernest Bloch…). Pavel se dit enchanté d’exercer cette profession qui est sa passion et lui permet de rencontrer d’autres artistes passionnants, et de citer parmi les Français, Olivier Charlier, Anne Queffelec, Régis Pasquier…, déclarant volontiers qu’il continuera à jouer tant que ses doigts le lui permettent !

Outre son poste de professeur de violon et de musique de chambre à l’Académie nationale de musique à Prague (en moyenne 2 jours de présence par semaine), Pavel Hula dirige l’ensemble de chambre Praga Camerata.
Cet ensemble à géométrie variable, mais avec un noyau stable de 12 musiciens, a été créé en 2001 et a donné son 200e concert.
Il a toujours été attiré par la direction et je crois qu’il aimerait diriger un jour une symphonie de Mahler ou de Bruckner…

Compléments

Lucie Sedláková Hůlová
Lucie Sedláková Hůlová

1 – La fille de Pavel Hůla, Lucie Sedláková Hůlová, est violoniste, membre du Trio Kinsky de Prague.


2 – Outre le quatuor américain, le programme donné dans le cadre de « Prades aux Champs-Élysées » comportait Porgy & Bess, pour clarinette et cordes (arrangement de Franck Villard),  avec l’excellent contrebassiste Jurek Dybał et Michel Lethiec en vrai animateur de jazz band, c’était épatant.

3 – Sans doute l’une des meilleurs ventes de disques du Quatuor à été celui consacré aux 2 quatuors de Janacek. Et bien une nouvelle version – avec le concertino – est sortie chez PragaDigitals !

Meeting Pavel Hůla (3/10/2014)

Unfortunately, Pavel had also to resign dome months later for health reasons and I don't have any news (2/2017)

Having always been fan of the Pražák quartet, I was delighted to be able to meet his Primarius, who replaced the unfortunate Václav Remeš in 2010. This was their second concert in the Théâtre des Champs-Élysées, and to play in this place which saw  hardly more than one century the creation of the Rite of Spring, especially in such a sunny Parisian day, filled him of ease.

 

No, Pavel Hůla did not leave the Kocian quartet…

From the start, Pavel wants to twist the blow with rumours which circulate on the Net implying that it “would have betrayed” the Kocian quartet to join the Pražák. The truth is very different: the members of the Kocian quartet aged and one reached a difference in age of more than 22 years between the violoncellist and the violist. After approximately 3.200 concerts, they decided that it was better to stop the adventure (the young violist joined since the Martinů quartet).

It’s only 2 to 3 months later that the members of the Pražák quartet contacted him to replace their first violin Václav Remeš, who got dystonia. Rather than to seek a brilliant instrumentalist in Europe, they preferred to associate Pavel, to keep their Czech musical specificity; they knew each other well in addition, are of the same age, studied all from the Academy of music of Prague and had already collaborated (sextets…).

The new Pražák quartet

The repertories of each quartet had its own specificity: Kocian with the composers “of” Terezin, Pražák with the 2nd School of Vienna. Thus Pavel had to learn the Berg’s Lyric suite in 3 weeks… The repertory of Pražák goes from Haydn to Rihm and Dusapin and became a little one mix of those of the two preliminary formations.

The members of the Pražák quartet are hard workers: Pavel said to me that still today they had repeated during a good hour the American Quartet by Dvorák, whereas they played it tens or even the hundreds of times… [And one can say that this evening at Théâtre des Champs-Élysées, it was remarkable: it is a like one hears a symphony of Dvorák directed by Czech – Kubelík randomly… – other conductors can play that perfectly, but “it is not similar”. What does not want to say obviously, like the above-named conductor, that they do not excel in other repertories: cf. Haydn or Schoenberg].

The years passing by (Pavel Hula for example was born in 1952), their number of concerts has a tendency to decrease (60 to 70 per annum instead of 80 previously) and they restrict a little their vast repertory, preferring to look further into quality than keeping the quantity (still during the « Folle journée de Nantes », they played in particular Madrigaux and the 2nd quintet with piano by Martinu, a sextet by Korngold, a quintet by Ernest Bloch…). Pavel is a happy one with his career: music is his passion and gives him the oppotunity to meet other enthralling artists, and to quote among the French, Olivier Charlier, Anne Queffelec, Régis Pasquier…, declaring readily that it will continue to play as long as its fingers allow him! In addition to his post of professor of violin and chamber music at the National Academy of music in Prague (on average 2 days of presence per week), Pavel Hula directs the chamber ensemble Praga Camerata. This ensemble of variable geometry, but with a stable core of 12 musicians, was created in 2001 and gave its 200e concert. He was always attracted by conducting and I believe that he would like to conduct one day a symphony by Mahler or Bruckner…

Addings

1 – The daughter of Pavel Hůla, Lucie Sedláková Hůlová, is a violinist, member of the Kinsky Trio Prague (see left). 

2 – In addition to the American quartet, they gave during the « Prades Champs Elysees » a program including Porgy & Bess, for clarinet and strings (arrangement by Franck Villard), with the excellent doublebass Jurek Dybal and Michel Lethiec, a true jazz band leader, it was amazing. 

3 – Undoubtedly one of the best record sales of the Quartet was the one with the two quartets by Janacek. Well a new version – with the concertino – PragaDigitals has been released!

Prazak Janacek PragaDigitals

Prazak Janacek PragaDigitals – Pavel Hula

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.