Une révélation : le pianiste Alexander Gadjiev

Je rends généralement pas compte de concerts qui n’ont pas été enregistrés et que mes lecteurs ne pourraient donc pas écouter. Mais ici cela vaut la peine pour prendre date.

Ce pianiste d’origine russe mais né italien / Slovène dans la Province de Gorizia au-dessus de Trieste, est déjà remarqué très jeune dans son pays natal avant de remporter en 2015 la 9ème compétition internationale de Piano Hamamatsu, suivie par sa victoire au Monte-Carlo Piano Masters 2018, compétition trisannuelle réservée exclusivement aux gagnants des concours internationaux de piano, prix que lui remit le président du jury, Philippe Entremont.

Alexander Gadjiev proposait hier soir, dans une salle Gaveau quasi pleine, un programme aussi varié qu’exigeant :

Liszt – Fantasia quasi Sonata “Après une lecture du Dante”, Etudes d’exécution transcendante “Harmonies du soir” & “Mazeppa”
Chopin – Barcarolle op. 60
Scriabine – Poèmes op. 32
Messiaen –  “Vingt regards sur l’enfant Jésus” n° 15
Bartók – Suite en plein air

Il était tout simplement ébouriffant dans Liszt, virtuose à souhait mais également si poète dans les difficiles Harmonies du soir. Après l’entracte, il donna par exemple une magnifique Barcarolle que l’on a toujours dans l’oreille d’ailleurs, ou encore un regard de Messiaen magnifique de concentration et de beauté pianistique. C’est que ce jeune homme de 25 ans est à la fois architecte, poète et narrateur, mais dans un grand respect du texte.
Il n’a enregistré qu’un CD pour l’instant, nul doute que d’autres suivront bientôt et on espère avoir la possibilité de l’écouter de nouveau prochainement en concert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.