Hélène Boulègue joue André Jolivet

Il s’agit du 2e CD consacré par la flûtiste  Hélène Boulèque à André Jolivet. En ces temps de confinement, voilà de quoi prendre l’air !

Au programme :

Suite en concert, “Concerto pour flûte n° 2” (1965)
Alla rustica pour flûte et harpe (1963)
Pipeaubec pour flûte et percussion (1972)
Sonatine pour flûte et clarinette (1961)
Pastorales de Noël pour flûte, basson et harpe (1943)
Une minute trente pour flûte et percussion (1972)
Petite suite pour flûte, alto et harpe (1941)
Concerto pour flûte n° 1 (1949)

On voit donc la diversité des formations réunies autour de la flûte. On se rappelle que Jolivet fut l’élève d’Edgard Varèse : on se croirait un peu dans Ionisation dans le “2e concerto” pour quatre percussionnistes. Le choix de ces instruments confère bien sûr à la pièce le caractère primal ou incantatoire de la musique de Jolivet. Pipeaubec rassemble deux petites pièces, dont une avec percussion, de la même veine, comme l’elliptique “une minute trente”.

Dans les pièces avec vents, on trouve notamment la Pastorale de Noël, un peu dans la veine de la Cheminée du Roi René de Darius Milhaud une très belle sonatine avec clarinette et une très prenante Petite suite avec alto et harpe.

Le premier concerto pour flûte était un cheval de bataille de Jean-Pierre Rampal.
C’est une musique légère et joyeuse en deux mouvements rapides.

Un très beau disque d’une excellente flûtiste (accompagnée pour les concertos par le Philharmonique du Luxembourg dirigé par Gustavo Gimeno.

(Cf. mon interview de la fille de Jolivet, Christine Jolivet Erlih)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.