Philharmonia orchestra – Vladimir Ashkenazy – Franz Peter Zimmermann

Philharmonia orchestra  – Vladimir Ashkenazy – Franz Peter Zimmermann [EN]

Franz-Peter Zimmermann - Valdimir Ashkenazy
Franz-Peter Zimmermann – Valdimir Ashkenazy

Les concerts se suivent et se ressemblent au Théâtre des Champs-Élysées : il y a 3 semaines, j’avais une furieuse envie de partir après le 1e mouvement de la 6e de Mahler par Nézet-Séguin / Rotterdam, et j’avais bien fait de rester en fait. Cette fois, après Léonore III et le concerto pour violon de Mendelssohne, j’ai failli faire pareil, mais j’avais un charmante voisine avertie !

Donc Léonore III que n’importe quel chef aurait pu mieux faire… Il ne se passait rien. Le temps qu’un tiers des cordes disparaissent, voici le concerto ; Franz Peter Zimmermann est sans doute un soliste exceptionnel, mais il n’a pas de projection sonore ! On finit par s’y faire et dans les 2 derniers mouvements, c’est lui qui mène la danse et c’est nettement mieux. On notera quand même de belles sonorités moirées qui vont bien à Mendelssohn (Ashkenazy a enregistré il y a quelques années un Songe de très bonne tenue).

On se dit donc qu’avec ce chef, ce n’est pas gagné pour la 5e de Beethoven ! Et bien wrong again… Certes, ce n’est pas un chef impressionnant : toujours préoccupé de tourner les pages de ses partitions (en revenant en arrière parfois), à trouver son mouchoir, dirigeant parfois sur le temps, parfois plus en avance, avec quelques erreurs. Et pourtant cette 5e a très bien fonctionné. Très belle homogénéité de l’orchestre qui fut autrefois celui de Kubelik, Karajan, Klemperer. On trouve juste la sonorité du quatuor manquant un peu de mordant, mais la star de la soirée était certainement le flûtiste !

ash2

 

 

 

 

The concerts will go by and look the same at the Théâtre des Champs- Élysées : there, three weeks ago, I had a sudden urge to leave after the first movement of the Mahler 6th by Nézet -Séguin / Rotterdam , and I in fact had done well staying seated. This time, after Leonore III and the Mendelssohn violin concerto, I almost did the same, but I had a charming neighbor, so I stayed… So for Leonore III: any conductor could have done better … There was nothing going on . By the time a

good third of the strings disappeared, herecomes the concerto ; Franz Peter Zimmermann is undoubtedly an outstanding soloist, but he has no sound projection ! You end up accostumed to it and in the last two movements,he leads the music and it goes much better. Note still beautiful shimmering sounds from the orchestra (Ashkenazy recorded a few years ago a very good Dream).

So we were a little worried with Beethoven 5th ! Well wrong again … Of course, Ashkenazy is not an impressive conductor: always concerned to turn the pages of his score (turning them backwards sometimes), to find his handkerchief , sometimes conducting on
the beat, sometimes more advanced and making some errors. Yet this fifth worked very well . Beautiful homogeneity of the orchestra
which was once the orchestra of Kubelik , Karajan , Klemperer. But the star of the evening was certainly the flutist!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.