Louis Lortie – Chopin, Fauré & Vaughan Williams

J’ai eu le plaisir d’interviewer rapidement Louis Lortie. Il me confiait alors souhaiter que sa maison de disques de toujours – Chandos – lui permette d’enregistrer de la musique contemporaine pour piano, ce n’est donc pas encore pour cette fois ! Mais on s’en approche, puisque le Concerto pour deux pianos de RVW écrit en 1930 pour un seul piano fut révisé dans cette version 2 pianos en 1946 (Louis Lortie m’avait d’ailleurs indiqué que Bartók assista à la création et envoya une lettre de félicitations à Vaughan Williams).

Quand on évoque Louis Lortie, on pense inévitablement à Chopin et à son partenariat avec Hélène Mercier, ce que confirment ces nouveautés.

Le volume 5 d’une intégrale Chopin qui suit son bonhomme de chemin (il a enregistré les Études en 1986…) vient de sortir. Malheureusement Chandos ne permet pour l’instant de n’en écouter que des extraits, mais on peut faire confiance à ce grand styliste dans ce répertoire.

Vaughan Williams

On peut (?) l’écouter en entier. Une fort belle œuvre, avec des passages quasi-folkloriques et de très belles atmosphères, typiques du compositeur, alternant ainsi rythmes pimpants et passages délicats. IL est joué dans sa version pour deux pianos (Louis Lortie et Hélène Mercier donc), l’original pour piano seul ayant été jugé à l’époque trop difficile. Une découverte (couplée notamment avec la Symphonie Antartica). Très belle prise de son.

Fauré

Ce CD est sorti il y a quelques mois, il s’intitule « volume 1 ».

Pavane, Op. 50 (arr. L. Lortie)
Barcarolle No. 5, Op. 66
Nocturne No. 4 Op. 36
Barcarolle No. 6, Op. 70
Après un rêve, Op. 7, No. 1 (arr. P. Grainger)
Pelléas et Mélisande Suite, Op. 80 
Barcarolle No. 7, Op. 90
Nocturne No. 6, Op. 63
9 Préludes, Op. 103

Le programme mêle habilement « tubes » : La suite de Pelléas et Mélisande, la Pavane et Après un rêve et des œuvres moins célèbres, notamment les rares 9 Préludes op. 103 de la fin de la vie de Gabriel Fauré. Clarté, distinction et absence d’effets caractérisent le Fauré de Louis Lortie, par exemple l’élégance des 2 Barcarolles, l’intériorité du sixième Nocturne. Les 9 Préludes sont peu joués, peut être à cause de leur difficulté (le pyrotechnique deuxième par exemple) ou pour leur tonalité incertaine, ils sont pourtant superbes. On attend le volume 2 !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.