Archives de catégorie : Discographies comparées

Arnold Schönberg – Pierrot lunaire – Alda Caiello – Prazák Quartet – Suite op.29

Arnold Schönberg – Pierrot lunaire – Alda Caiello – Prazák Quartet – Suite op.29

Arnold Schönberg - Pierrot lunaire - Alda Caiello - Prazák Quartet
Arnold Schönberg – Pierrot lunaire – Alda Caiello – Prazák Quartet

Cela fait toujours bizarre, 100 ans après la création, de cataloguer cet article sur Pierrot lunaire en « musique contemporaine ». Il s’agit du 6e volume de l’intégrale de la musique de chambre d’Arnold Schönberg chez Pragadigitals, réalisée principalement par les membres du quatuor Prazák. C’est d’ailleurs le nouveau premier violon de l’ensemble,  Pavel Hůla, qui supervise la suite op. 29, que nous ne commenterons pas ici.
Pour se sentir en terrain de connaissance, ayant déjà eu l’occasion de m’entretenir avec celui-ci, j’ai confronté cette nouveauté avec la version qu’en donna Peter Eotvös avec mon ancienne amie et très grande artiste Phyllis Bryn-Julson (RCA – 1993) ; j’en propose ci-dessous le 1er lied dans les deux versions.

Pierre Barbier résume bien l’histoire de l’interprétation de ce cycle de 21 poèmes en citant Marya Freund ou Helga Pilarczyk et soulignant que tant Maderna que Boulez se sont tournés vers le chanté plus que vers le parlé. Les notes de la ligne de chant existent pourtant bel et bien, Schönberg n’a jamais été vraiment clair sur le sujet – apparemment, seul le premier poème présente une fois dans la partition les indications « gesungen » puis « gesprochen » (à trois notes d’écart…) mais c’est tout.

Quand on est assez réfractaire au caractère un peu ectoplasme du mélodrame, que l’on goûte peu le genre cabaret façon Weill et que l’on est vraiment peu concerné par les poèmes horriblement datés d’Albert Giraud, genre Gustave Moreau de la poésie, on s’attelle à l’écoute et l’on est (re) pris par la qualité et l’inventivité de la partition.

On était de plus inquiet en lisant le nom de la chanteuse : elle chantait la dernière partie de la version originale de la Suite lyrique d’Alban Berg avec les Prazák à la Cité de la musique il y a bien un an, me laissant une impression plus que mitigée.

Ayant réussi à occuper l’espace dédié à la chaîne Hifi  en mettant ce disque pour l’écouter en SACD plutôt qu’au casque sur l’ordinateur, ma fille est partie en déclarant cela horrible, et ma femme – qui a l’oreille absolue – déclara que c’était chanté faux de bout en bout. On comprend que, 100 ans après, çà dérange toujours…

Et bien j’ai été emballé par l’interprétation. Je trouve que la prise de son est un poil trop réverbérée, mais c’est tout de même excellent, avec de l’ambiance. On ne se croit pas en studio grâce à la prestation de la chanteuse/diseuse. C’est chanté (pas faux autant que je puisse en juger) et c’est très caractérisé, très théâtral en même temps. Quel talent et quel tempérament ! L’interprétation globale  – instrumentalement magnifique – est plus dans l’affect que dans le strict respect des nuances de la partition, mais qui s’en plaindrait, tellement c’est vivant ?

La comparaison (ci-dessous Monderstrunken dans les 2 interprétations) est frappante avec la version de Phyllis Bryn-Julson : peut-être plus juste en hauteur (elle chantait assez souvent des partitions en quarts de ton*), cette dernière est tout de même plus univoque, et son allemand moins sonnant.

Phyllis Bryn-Julson
Phyllis Bryn-Julson

Alda Caiello
Alda Caiello

Richard Kurth, dans un article sur le Pierrot lunaire paru dans l’excellent ouvrage « The Cambridge companion to Schoenberg » ose un parallèle souvent éclairant entre certaines parties de l’oeuvre et des « échos de Schumann dans les ombres de la tonalité » à propos des Liederkreis de Robert Schumann ; par exemple, à propos de  Monderstrunken, il fait le parallèle avec Mondnacht, le n°5 des Liederkreis, que voici par DFD et Brendel : 

* Elle me racontait, que chantant sous la direction de Bernstein, alors qu’elle était alors la chanteuse préférée de Boulez, Bernstein n’arrêtait pas de lui dire qu’elle chantait un peu faux…

One feels weird, 100 years after the creation, to catalogue this article about Pierrot lunaire » in “contemporary music”.

It is the 6th volume of the integral of the chamber music by Arnold Schönberg at Pragadigitals, realized mainly by the members of the Prazák quartet.

I confronted this new issue with the version that gave Peter Eotvös with my former friend and great artist Phyllis Bryn-Julson (RCA – 1993); I propose below the 1st song in the two versions.
Pierre Barbier summarizes well the history of the interpretation of this cycle of 21 poems by quoting Marya Freund or Helga Pilarczyk and stressing that Maderna or Boulez turned towards more singing than speaching.

Notes for the singing line exist indeed, Schönberg having never been really clear on the subject – apparently, only the first poem presents in the score the indications “gesungen” then “gesprochen” (with an interval of three notes…) but it is all.

When one is rather refractory to the ectoplasm character of the melodrama, doesn’t appreciate Weill’s cabaret music and is really little concerned with the old-fashioned of Albert Giraud, sort of Gustave Moreau of poetry, we harness with listening and are taken by the quality and the inventiveness of the partition.

We were rather anxious reading the name of the singer: she sang the last part of the original version of the Lyric Suite by Alban Berg with the Prazák in La Cité de la musique in Paris well a year ago, leaving me an impression more than mitigated.

Having succeeded in occupying the space dedicated to the stereo by putting this disc to rather listen to it on SACD rather than with a helmet on the computer, my daughter left, declaring it was horrible, and my wife – who has absolute pitch – declared that it was sung false from the beginning to end. It is understood that, 100 years afterwards, it still disturbs…

I have been amazed by the interpretation. I find that the sound recording is a little bit too much reverberated, but it is excellent nevertheless.

One does not believe oneself in a studio thanks to the singer/ monologuist. It is sung (not out of tune as far as I can judge) and it is much characterized, very theatrical at the same time. What a talent and what a temperament! The total interpretation – instrumentally splendid – more in the affect than in the strict respect of the nuances of the partition, but which would complain, so much it is alive?

The comparison is striking with the Phyllis Bryn-Julson version: perhaps more in tune (she rather often sang partitions in quarter tones), it is a little bit monotonous, and the German is less good.

Richard Kurth, in an article on Pierrot lunaire published in an excellent book « The Cambridge companion to Schoenberg » draw a parallel between some part of Pierrot and « echoes of Schumann in the shadows of tonality » with the Liederkreis by Robert Schumann ; for example, for  Monderstrunken, he makes a parallel with Mondnacht,  n°5 of Liederkreis, which you can listen to on the left by DFD and Brendel.

The Cambridge companion to Schoenberg
The Cambridge companion to Schoenberg

Schubert – Symphonie n°9 La grande – Symphony n°9 The Great

Schubert symphonies 8 & 9 - Krips - Mravinsky

On voudrait signaler ici les occasions que présente la collection “Les indispensables de Diapason”, des interprétations souvent de qualité offertes au prix de 5€ l’unité.

Par exemple, un récital Chopin par Guiomar Novaes, un peu daté quand même, un récital Michelangeli (avec un bon report de la Totentanz de Liszt avec Kubelík), mais les 2 contiennent la 2e sonate de Chopin, et là Cortot suffit bien ; des mélodies de Fauré avec surtout Souzay ainsi que Panzera dans L’horizon chimérique.

Le CD le plus épatant est celui consacré à Debussy : une version de référence du quatuor de Debussy par les Budapest ; certes ce n’est pas la plus belle sonorité de quatuor notamment dans le finale, mais la tenue rythmique, l’engagement laissent loin derrière les Lasalle par exemple – le 2e mouvement Assez vif et bien rythmé est une merveille. On oubliera Monique Haas dans Pour le piano, un peu bruyante, pour découvrir, entre les excellents Bilitis, Fêtes galantes et Promenoir des deux amants par Suzanne Danco, une perle : la Suite bergamasque par Friedrich Gulda en 1957. Ainsi, son Clair de lune, pris très lentement, est au niveau du Fantasque Samson François ou de l’exotique Magda Tagliaferro.

On mettra au premier plan le dernier en date : Les 8 & 9 de Schubert respectivement par Mravinsky et Krips. La version de 1959 de Mravinsky est une merveille absolue – on n’est pas un fan du chef, mais là, la hauteur de vue et la réalisation sont comme surhumaines. Pierre Barbier eut quelques ennuis en Grande-Bretagne et en Asie avec la 4e de Tchaikovsky qui faisait partie du couplage original (Praga Digitals) : certains critiques crurent qu’il s’agissait d’une copie du célèbre enregistrement pour DG, c’est bien mal le connaître. Il est vrai que, réalisée à une journée d’intervalle de l’enregistrement DG, on pourrait s’y méprendre. Toujours est-il que le travail sur la restauration de la bande originale est absolument remarquable.
J’en profite pour pour faire une petite illustration du célèbre enregistrement de la 9e de Schubert par Krips avec le London symphonic orchestra. La prise de son est remarquable (1958 !), la vision du chef autrichien également.

J’ai voulu comparer avec quelques enregistrements en ma possession : Bruno Walter – New York Philharmonic – 1953, Wilhelm Furtwängler – Vienne – 1954 – Live et Rafael Kubelík – Bavaroise – 1978 – live, en proposant le début du 1e mouvement à l’écoute (Andante et début de l’Allegro, ma non tropo). Aucun chef ne fait la reprise (on ne voit pas, comme pour beaucoup de commentateurs, pourquoi, dans les œuvres longues de Schubert, sous prétexte de leur rapport au temps, il faudrait les rendre encore plus longues en faisant systématiquement toutes les reprises).

Ici, le diagramme audio du 1er mouvement dans les 4 versions : bien peu de différences.

Furwängler :

Krips :

Kubelík :
 

Walter :
 

L’entrée du cor, des cordes, puis des hautbois, clarinette et basson suffisent déjà à caractériser les visions de ces grands chefs du passé : romantisme un peu sombre de Furtwängler, contemplation viennoise de Krips, animation chez Kubelík, simplicité chez Walter. Mes préférées sont Krips et Kubelík.

Schubert 9 the great - Kubelik - Symphonie-orchester des Bayerischen Rundfunk - Audite

Schubert 9 the great - Bruno Walter - New York Philharmonic orchestra - United archives

We  would like to point out bargains offered by the collection “The essentials of Diapason” (the leading French musical revue), with interpretations of quality offered for 5€ per CD.

For example, a Chopin recital by Guiomar Novaes, a little dated nevertheless, a Michelangeli recital (with a good report of Totentanz de Liszt with Kubelík), but the 2 contain the Chopin’s 2nd sonata, and there Cortot is sufficient…; melodies of Fauré with especially Souzay and Panzera.

The most exciting CD is the Debussy: a masterly version of Debussy’s quartet by the Budapest; – the 2nd movement Assez vif et bien rythmé is a marvel. You can forget Monique Haas in Pour le piano, a little noisy, to discover, between the excellent BilitisFêtes galantes and Promenoir des deux amants by Suzanne Danco, a pearl: the Suite bergamasque by Friedrich Gulda in 1957. For example, his Clair de lune, very slow, is at least as good as let say unpredictable Samson François or the exotic Magda Tagliaferro.

We will put at the foreground the latest to date: Schubert’s 8 & 9 respectively by Mravinsky and Krips. The Mravinsky version of 1959 is an absolute wonder – we are not a fan of the conductor, but there, the height of sight and the realization are like superhuman. Pierre Barbier who released these concerts had some troubles in Great Britain and Asia with 4th of Tchaikovsky which belonged to the original coupling (Praga Digitals): some critics believed that it was just a copy of the famous recording for DG… It is true that, realized at one day of interval of the DG recording, one could be mistaken. Anyway the restoration of the original band is absolutely remarkable.

I take advantage of the last release of this collection to make a small illustration of the famous version of Schubert 9th symphony by Krips with the London symphonic orchestra. The sound recording is remarkable (1958!), the vision of the Austrian conductor also.

I wanted to compare it with some recordings in my possession: Bruno Walter – New York Philharmonic – 1953, Wilhelm Furtwängler – Vienna – 1954 – Live and Rafael Kubelík – Bavarian RSO – 1978 – live, by proposing the beginning of the 1e movement (Andante and beginning of the Allegro, ma non tropo). No conductor makes the repeat (one does not see, as for many commentators, why, in  Schubert’s longest works, under pretext of their relation to time, they would have to make them even longer making systematically all the repeats).

Here (left), the audio diagram of the 1st movement in the 4 versions: very few differences.

[excerpts on left column] The entry of the horn, of the strings, then oboes, clarinet and bassoon are already enough to characterize the visions of these great conductors from the past: a little dark romanticism with Furtwängler, Viennese contemplation with Krips, animation with Kubelík, simplicity with Walter. My favorites are Krips and Kubelík.

Schumann – Piano concerto op. 54 – Discographie – Discography

Schumann – Piano concerto op. 54 – Discographie – Discography

Nous reprenons après une longue interruption nos « discographies » comparées avec mon frère Bernard Vagne (B) et mon beau-frère Karim Ouchikh (K), toutes sur des œuvres où l’on retrouve Kubelík, site Web oblige… « Discographies » entre guillemets, l’apparition de Qobuz permettant d’élargir nos discothèques déjà bien pourvues.

Une trentaine de versions étaient proposées pour le 1er mouvement, après un « écrémage » (B) de versions qui ne semblaient pas pertinentes – malgré l’aura de certaines – par exemple : Katchen/Kertesz, Peraya/Davis et une des pires, Argerich/Harnoncourt, avec en plus certaines raretés amenées par K. Malheureusement, mon classement erratique de CD de concerts ne m’a pas permis d’apporter Firkusny / Kubelik et Arrau / Kubelik à Cologne…

Les enseignements que l’on tire de cette – longue – confrontation sont que l’œuvre est merveilleuse, que l’interpréter correctement est décidément bien difficile et que les femmes s’en sortent bien : on a préféré dans l’ordre : Argerich / Rabinovitch, Arrau / Kubelik, [Annie] Fischer / Keilberth, Schnabel / Monteux et Pires / Abbado.

On a regretté d’avoir dû abandonner Cortot après le 2e mouvement, été abasourdis par l’audace d’Argerich dans le 1er, époustouflés par le piano d’Arrau, immense, et cela nous permet de rendre hommage à la très grande pianiste Annie Fischer, trop méconnue.

Résumé de la confrontation : 

Le début de la version Arrau / Kubelík / New York – 1968 :
  

We take again after a long interruption our compared listenings with my brother Bernard Vagne (B) and my brother-in-law Karim Ouchikh (K), all on works where one finds Kubelík, Web site obliges…

About thirty versions were proposed for the 1st movement, after some filtering (B) of versions which did not seem relevant – in spite of their fame – for example: Katchen/Kertesz, Peraya/Davis and one of the worst, Argerich/Harnoncourt. Unfortunately, my erratic CD classification of concerts did not enable me to bring Firkusny/Kubelik and Arrau/Kubelik in Köln…

The lesson which one draws from this – long – confrontation is that this work is marvelous, that to interpret it correctly is definitely quite difficult and that the feminine pianists are at ease with this work: we preferred in order: Argerich/Rabinovitch, Arrau/Kubelik, [Annie] Fischer/Keilberth, Schnabel/Monteux and Pires/Abbado.

We regretted having had to give up Cortot after the 2nd movement, astonished by the audacity of Argerich in the 1st, puzzled by the piano of Arrau, immense, and that enables us to pay homage to the great pianist Annie Fischer, too much ignored.

Resume: 

Beginning of Arrau / Kubelik / New York – 1968:

  

Ravel – Tombeau de Couperin

On s’est rappelé que l’on avait 3 versions de concert du Tombeau de Couperin de Ravel par Kubelik ; pourquoi pas une petite comparaison avec les versions officielles dont on dispose ?
Je ne reviendrai pas ici sur le fait que ce très grand chef fut mésestimé – en partie par sa faute, lui qui détestait le ‘star system’ – mais d’autant plus dans le répertoire français : ce fut notamment un grand Berlozien (il fut principalement à l’origine de la redécouverte des Troyens, pas Colin Davis, par exemple).
Au-dessus, les versions dont on dispose ; on voit que Martinon est le plus lent, Paray le plus rapide, Tharaud est là comme témoin pour la version orginale pour piano.

Chacune des six pièces est dédicacée à des amis du musicien, tombés au feu au cours de la Première Guerre mondiale.
Prélude – à la mémoire du lieutenant Jacques Charlot (qui travailla sur sa musique aux éditions Durand)
Fugue – à la mémoire de Jean Cruppi (dont la mère avait participé à la mise en scène de L’Enfant et les sortilèges)
Forlane – à la mémoire du lieutenant Gabrel Deluc
Rigaudon – à la mémoire des frères Pierre et Pascal Gaudin
Menuet –  à la mémoire de Jean Dreyfus (beau-frère de Roland-Manuel)
Toccata  – à la mémoire du capitaine Joseph de Marliave (ce dernier, musicologue, était l’époux de Marguerite Long qui donna la première du Tombeau de Couperin).

4 pièces seront ‘orchestrées’ (plutôt recomposées) en 1929 : PréludeForlaneMenuet et Rigaudon.
L’écoute de la version Tharaud (d’une prise de son peu précise) met l’accent – avec talent et distinction -, comme on s’y attendait connaissant le répertoire du pianiste, sur le classicisme de l’oeuvre. Un peu comme pour Mozart, la perfection classique et parfois glacée de Ravel nous semble  toujours un paravent masquant sinon une angoisse, en tout cas un mystère, même si le pastiche peut tourner à la pochade secrète : cf. analyse de la Forlane

Prélude
Paray est donc très rapide, avec un orchestre et une prise de son très brillants.
Cluytens parait moins décidé, c’est moins bien fini orchestralement.
Kubelík 1962 : malgré la mauvaise prise de son, on entend bien que ce sont des bois allemands, un peu plus « patauds », on regrette le ‘piqué’ des cordes de Paray, mais le drame sous-jascent jusque là apparaît au n° 7, avec la trompette ; le concert de 1972 toujours à la Bavaroise paraît un peu en deçà.
Boulez à New York pâtit d’une prise de son un peu distante, c’est très bien en place, mais l’intérêt se dissipe peu à peu.
Martinon bénéficie de bois et de vents superbes, c’est beau sans plus.
Dans la même durée, revoici Kubelík à Chicago en 1983, de belles intentions, mais comme Boulez, cela manque d’animation dans la 2e partie.
Gelmetti : c’est tout juste si l’on entend les hautbois, on laisse pour la suite.


Pour la Forlane, on peut entendre l’original de Couperin ici.

Paray : on n’entend pas assez les bois, notamment la flûte, mais c’est très élégant (toujours ces cordes).
Cluytens : On entend mieux les timbres, çà manque un peu d’allant, on aime bien les hautbois un peu nasillards. La 2e partie est mieux, finalement très ‘Forlane’ et très ‘Couperin’.
Kubelík est sans doute mieux : 

C’est encore mieux en 1972 : de la tenue, du chic.
Boulez : la plus lente, du coup les appuis sont un peu trop marqués, c’est dommage, de beaux timbres.
Martinon : plus de ‘chair’, plus de timbres, d’expressivité aux cordes, c’est un peu moins bien en place que chez Boulez mais bien plus vivant et coloré.
Kubelík – Chicago : c’est un peu moins bien tenu qu’avec la Bavaroise, mais de beaux moments de poésie.

Menuet

Paray, le plus rapide, est parfait, Cluytens paraît un peu survolé : des détails n’apparaissent pas, certaines indications sont plus ou moins respectées… on l’écarte.
Kubelík 62 : en plus de sa science des cordes de par sa formation de violoniste, il savait faire dialoguer les bois et les vents comme personne ; la version la plus émouvante jusqu’ici. A peine moins heureux en 1972.
Boulez toujours lointain, on ne se sent pas concerné, on écarte.
Martinon fait le plus penser à Kubelík, dont il était très proche, comme Klemperer – superbe fusion des timbres, un petit peu sollicité (cordes).
Kubelík en 83 est un peu plus rapide, un peu moins bien qu’avec ses Bavarois.

Rigaudon
Paray court la poste et cette fois çà semble un peu trop rapide, mais la Pastorale centrale est pleine d’esprit.
Kubelík 62 sonne un peu plus épais, mais c’est l’évidence même avec des rythmes de danse plus affirmés. C’est encore une fois à peine moins bien en 72.
Martinon : c’est assez cuivré, beaucoup de ‘chic’ au bon sens du terme.
Kubelík 83 est plus lent, toujours un peu moins bien qu’à Munich.

Conclusion : Martinon (EMI)  est un premier choix dans une superbe intégrale Ravel, Paray (Mercury) a ses atouts dans un CD qui comprend aussi des Escales de Jacques Ibert atmosphériques à souhait. La qualité des versions Kubelík montre une fois de plus qu’il n’est pas nécessaire de chanter dans son arbre généalogique pour interpréter une musique d’une autre nationalité. Si Audite pouvait rééditer ce concert…

 

Remembering I get 3 versions in concert of Ravel’s Le tombeau de Couperin by Kubelik, why not a small comparison with some official versions?

I won’t repeat here how much he is unconsidered, partly by his fault, rejecting fiercely the “star system” – but all the more in the French repertory: he was in particular a great Berlozian (he was mainly at the origin of the rediscovery of les Troyens, for example).

Above, the versions I get; it appears that Martinon is the slowest, Paray the fastest, Tharaud is here as a witnesses for the original version for piano.

Each of the six parts is dedicated to friends of the musician, who died during the First World War.

Prélude – to the memory of lieutenant Jacques Charlot (who worked on his music with the Durand editions)
Fugue – to the memory of Jean Cruppi (whose mother had taken part in the setting in scene of L’enfant et les sortilèges)
Forlane – to the memory of lieutenant Gabrel Deluc
Rigaudon – to the memory of the brothers Pierre and Pascal Gaudin
Menuet – to the memory of Jean Dreyfus (brother-in-law of Roland-Manuel)
Toccata – to the memory of captain Joseph de Marliave (this last, musicologist, husband of Marguerite Long who gave the première of Le tombeau de Couperin).

4 parts “will be orchestrated” (rather recomposed) in 1929: Prelude, Forlane, Menuet and Rigaudon. The listening of the Tharaud version (in a sound lacking of focus) emphasizes – with talent and distinction – the classicism of the work.

Prélude

Paray is very fast, with brillant orchestra and sound recording.
Cluytens appears less decided, is less orchestrally refined
Kubelík 1962: in spite of the bad sound, one hears well that they are German wood, a little more lumpish, one regrets the “piqué” of the strings with Paray, but the drama under-jascent until there appears with the n° 7, with the trumpet; the concert of 1972 with the Bavarian again appears a little bit below.
Boulez in New York suffers from a little distant sound recording, it is very well tuned, but the interest fades rapidly.
Martinon profits from superb wood and winds, it is beautiful without more.
In the same duration, again Kubelík in Chicago in 1983, beautiful intentions, but as Boulez, it misses some animation in the 2nd part.
Gelmetti: you can hardly hear the oboes are heard, we will discard it.

Forlane, one can hear the original of Couperin here.

Paray: one does not hear enough woods, in particular the flute, but it is very elegant (always these strings).
Cluytens: One hears better the tones, it lacks a little bit of energy, we like the oboes, a little nasal. The 2nd part is better, finally very “Forlane” and very “Couperin”.
Kubelík is undoubtedly better:

 
It is still better in 1972.
Boulez: the slowest, accents are marked a little too much.
Martinon: more “flesh”, more colors, more expressive strings, a little less refined than Boulez but much more living.
Kubelík – Chicago: it is a little less better held that with the Bavarian one, but there are beautiful moments of poetry.

Menuet

Paray, the fastest, is perfect,
Cluytens appears a little overflown: details do not appear, some indications are more or less respected…
Kubelík 62: in addition to his science of the strings from his violinist career, he could make dialogue wood and winds like no one; this is the more moving version  up to now.
Almost as good in 1972.
Boulez  always remote, one does not feel concerned.
Martinon makes more think of Kubelík, to whom he was very close, as with Klemperer – superb fusion of tunes, solicited a little bit (strings).
Kubelík in 83 is a little faster, a little less good than with his Bavarians.

Rigaudon

Paray is a little too fast, but the Pastoral part is full with spirit.
Kubelík 62 sounds a little thicker, but it is the obviousness even with more marked rates/rhythms of dance. It is once again hardly less good into 72.
Martinon: it is rather coppered, much of “knack” in the good sense of the term.
Kubelík 83 is slower, always a little less good than in Munich.

 Conclusion

Martinon (EMI) is a first choice in a superb Ravel integral, Paray (Mercury) has its assets in a CD which includes also atmospheric Escales of Jacques Ibert.
The quality of the Kubelík versions shows once more that it is not necessary to sing in its family tree to interpret a music of another nationality. If Audite could publish this 1962 concert…