Archives par mot-clé : Salonen

Schönberg Gurrelieder – Rafael Kubelík

Schönberg Gurrelieder – Rafael Kubelík

Kubelík conducts Schönberg's Gurrelieder
Kubelík conducts Schönberg’s Gurrelieder
On voudrait ici réhabiliter le 2e enregistrement intégral des Gurrelieder de Schönberg (créés seulement en 1913 sous la direction de Franz Schreker), réalisé par Kubelík, enregistrement public de mars 1965, qui succédait au pionnier René Leibowitz (1953).

Apparemment, il ne dirigea cette œuvre qu’à cette occasion, la difficulté de sa représentation tenant à la dimension des effectifs requis, un peu comme pour la 8e de Mahler.

Sans doute très prisée à sa sortie, cette version est devenue non grata à la faveur des – nombreux -enregistrements parus depuis. On n’a bien sûr pas accès à tous ceux-ci et on se contentera de comparer avec les versions Leibowitz (1953), Ozawa (1979), qui recueillit les éloges unanimes de la critique française, et celle d’Esa-Pekka Salonen (2009).

Commençons par l’extraordinaire prélude orchestral. Un des principaux griefs vis-à-vis de la version Kubelík était la médiocrité de la prise de son : le report en CD a amélioré les choses, mais effectivement Kubelík a rarement été favorisé par les prises de son d’enregistrements à vocation commerciale, notamment chez DG : ses Danses slaves sans corps, ses Mahler sans basses, etc. (à quelques rares exceptions). Il suffit de comparer ses enregistrements Mahler DG et les concerts souvent attenants réédités chez Audite (encore qu’il y ait beaucoup à dire sur la qualité de ceux-ci… cf.).

Ce prélude est incontestablement bien mieux rendu par Kubelik que par les 3 autres [il donne parfois à penser à Das Klagende Lied, dont il a donné par ailleurs en concert la meilleure version] , à part peut être Leibowitz qui lui donne, dans un tempo très lent, une réelle profondeur. Ozawa, mieux enregistré, donne une interprétation bien grise, celle de Salonen est plus intéressante, dans un climat assez symboliste, mais un petit peu terne instrumentalement : on n’a pas « l’empathie lumineuse » qui est finalement la marque de l’artiste d’exception qu’était Kubelík et qui vous donne le « fameux frisson« . J’en resterai pour la suite à Kubelík et Salonen (la vie est trop courte pour écouter in extenso Chailly, Rattle, Stokowsky, Craft, Sinopoli, Gielen, Boulez, Levine, Kegel, Ferencsik, Abbado et j’en oublie certainement).

La prise de son de Salonen est très dynamique, bien équilibrée, mais un peu grisâtre (à cause du « Southbank Centre’s Royal Festival hall hall » comme indiqué dans la pochette ?).

Si l’on compare maintenant « Tauben von Gurre! », air de Waltaube dans les deux versions : Monica Grrop chez Salonen, et Hertha Töpper chez Kubelík : c’est encore une fois bien plus animé et vécu chez ce dernier et quelle voix !

Je crois que l’on pourrait poursuivre sans être contredit. 

Pour conclure, l’enregistrement Kubelík est à connaître absolument dans cette œuvre géniale, mais tout de même un peu longuette, et souhaitons qu’un artiste de la classe de Salonen soit effectivement bientôt recruté à Paris…

Here we want to rehabilitate the 2nd complete recording of Schönberg’s Gurrelieder (created in 1913 under Franz Schreker), directed by Kubelik, public record of March 1965, who succeeded to the pioneer René Leibowitz in 1953.

Apparently he directed this work only at this occasion, the difficulty of its representation being due to the dimension of the required workforces, like Mahler’s eighth.

No doubt very popular when released, this version has become non grata to the French critics. We don’t of course have access to all of the further releases and we will just compare with recordings by Leibowitz (1953), Ozawa (1979), which collected unanimous praise by French critics, and Esa-Pekka Salonen (2009).

Let’s start with the extraordinary orchestral prelude. One of the main grievances towards the Kubelik version was the mediocrity of sound: report on CD has improved things, but actually Kubelík has rarely been aided by his commercial recordings, especially for DG: his Slavonic Dances without body, his Mahler without bass, etc. (to a few rare exceptions). Just compare his recordings of Mahler for DG and often adjacent concerts republished by Audite (although there is much to say about the quality of these…  : see ).

This prelude is unquestionably much better made by Kubelík than by the other 3 [and would sometimes suggest Das Klagende Lied, which he has given in concert the best version], except may be Leibowitz, which gives to it a real depth in a very slow tempo. Ozawa, better recorded, gives a gray interpretation, Salonen is more interesting, in a quite Symbolist climate, but a little dull instrumentally: there isn’t here the « luminous empathy », which ultimately is the brand of Kubelík and gives you the « famous thrill« . I will keep only Kubelík and Salonen (life is too short to listen to Chailly, Rattle, Stokowski, Craft, Sinopoli, Gielen, Boulez, Abbado, Levine, Kegel, Ferencsik and I certainly forget some).

Salonen’s recording is very dynamic, well balanced, but slightly greyish (due to the “Southbank Centre’s Royal Festival hall hall « as written in the cover?).

If we now compare « Tauben_von_Gurre!, (Waltaube) in the  two versions: Monica Grrop with Salonen, and Hertha Topper with Kubelik, it is once again much more lively and what a voice! »

I think that could be pursued without being contradicted.

To conclude, the Kubelik recording is to be known absolutely in this great work, (just a little bit long), and we wish that an artist of the class of Salonen could be soon recruited in Paris…