Pina Napolitano joue Beethoven, Carte & Mumford

Au programme de ce nouveau disque de la pianiste Pina Napolitano :

Elliott Carter : Night fantasies (1980) - Two thoughts about the piano (2006)
Ludwig van Beethoven : Sonates 31 & 32
Jeffrey Mumford : For Elliott (1984) - A celebration of Elliott (2006)

On avait déjà apprécié cette pianiste lors de la sortie de deux de ses disques : 12. Elle a été remarqué par beaucoup pour ses interprétations le musique de la 2e École de Vienne. Ici elle met en miroir Carter et Beethoven.

Elliott Carter et Pierre Boulez

La musique pour piano d’Elliott Carter fait penser à la fois à un esthétique post-sérielle boulézienne mais aussi à Charles Ives.
Night Fantasies est une pièce assez exigeante tant pour le pianiste que pour l’auditeur (plus de 21′), mais on en perçoit clairement la structure lors d’une deuxième écoute, l’écriture est variée et foisonnante, on ne s’ennuie pas une minute. Les deux pièces ultérieurs pour piano sont du même niveau et “Caténaires” est une sorte de Toccata qui pourrait servir à de nombreux virtuoses en mal de bis original.

Le disque s’intitule “Tempo E Tempi” ; si la gestion – complexe – des tempi est nécessaire pour Night Fantasies, elle joue son plein rôle dans cette interprétation de la 32e de Beethoven ; on suit tellement le rythme que l’on a envie de taper du pied tout du long, sans que cela nuise à l’expression mais renforce la clarté de la lecture de la partition.

Il se termine par deux courts hommages du compositeur Jeffrey Mumford à Elliott Carter, tout à fait dans le style de Carter.

Plus qu’intéressant, un disque passionnant.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.