Grażyna Bacewicz – Sonates pour violon

muso

En ces temps où il faut à tout prix mettre en avant les musiciennes (cf. l’overdose de Clara Schumann…), les éditeurs pourraient plus se pencher sur Grażyna Bacewicz (1909-1969), une compositrice majeure de la Pologne, entre Karol Szymanowski  (1982-1937) et Witold Lutosławski (1913-1994).  Son catalogue comprend environ 200 opus ; la fiche Wikipedia qui lui est consacrée distingue trois périodes : une néoclassique, une deuxième plus personnelle inspirée par Szymanowski  et l’adoption du sérialisme à la fin de sa vie finalement assez courte de compositrice, violoniste et pianiste.

Cette première mondiale comprend les cinq sonates pour violon et piano, deux sonates pour violon seul une une Partita pour violon et piano. On ne peut que louer cette initiative de la violoniste française Annabelle Berthomé-Reynolds accompagnée par le pianiste Ivan Donchev.

Les deux CDs comprennent les 5 sonates pour violon et piano, les deux sonates pour violon seul et la Partita pour violon et piano, ces œuvres ont été écrites entre 1941 et 1958.

L’album commence avec la cinquième sonate, où l’on est frappé par l’expressionnisme du ton et par la rigueur de la construction, qualité que l’on retrouvera tout au long des autres œuvres. J’ai noté la ferveur de l’Adagio de la troisième sonate, le très beau Largo de la première, le côté dansant des mouvements rapides : que de musique et de variétés de climats dans ces cinq sonates.

Celles-ci ont bien sûr déjà été enregistrées de façon éparses par nombre de violonistes, polonais notamment.  J’avais beaucoup apprécié par exemple la quatrième sonate par le duo Bogna Czerwińska-Szymula, Karolina Piątkowska-Nowicka respectivement violon et piano. Les artistes y montrent une belle sensibilité, mais la présente version fait preuve de plus d’engagement instrumental et est mieux enregistrée.

Comme pour la sonate de Prokofiev, les deux sonates pour violon seul sont intéressantes de bout en bout.

Un disque important et très réussi.

On peut écouter un extrait de la quatrième sonate ici en attendant la sortie officielle le 11 octobre.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.