Frederic Vaysse-Knitter

Frédéric Vaysse-Knitter

Frédéric Vaysse-Knitter
Frédéric Vaysse-Knitter

Simone Straehle m’avait invité hier à ce concert. Je m’attendais à passer un bon moment, pas à me trouver devant une sacrée pointure !
Au milieu du campus de Polytechnique à Palaiseau, un amphithéâtre d’étudiants avec un Steinway coincé entre le ‘tableau noir’ et l’estrade. Un bonheur, si l’on peut dire : faire pour une fois partie des plus vieux dans le public d’un concert classique…
Le programme :
Chopin  : 1ère Ballade, Nocturne op 48 n°1, Nocturne op 27 n°1 et 4ème Ballade
Szymanowski : Etude op 4 n°3
Debussy : Cahier des Images n°2 : Cloches à travers les feuilles – Et la lune descend sur le temple qui fut – Poissons d’or
Liszt : Après une lecture de Dante
Programme autour de “la nuit”. Difficile peut-être de se mettre dans le bain, la 1ère ballade nous a paru un peu décousue. Ce ne sera plus le cas dans le reste du programme : la concentration si palpable tant au niveau du discours musical que du contrôle digital, l’évidence du discours me faisait dire à la fin “j’ai vraiment bien joué du piano ce soir…” tellement on était pris.
Rapidement, des Nocturnes de Chopin emplis de “fantastische”, des Debussy joués à la fois très francs et avec une extrême sensibilité, le pianiste ici encore nous narre des histoires, nous fait voyager. Enfin une lecture de Dante très impressionnante. A la fin le pianiste, après avoir salué le public, salua le piano : avec raison, le Steinway était bien fatigué !
Il donnera ce programme le 26 prochain à Montréal et le lendemain un programme avec Alexandre Tharaud ; lui faisant par de mon étonnement, tellement leurs deux pianismes me paraissent bien différents, il me dit avoir assisté à un duo Pires / Argerich qui fonctionnait très bien…
Bravo aux responsables de l’école pour attirer des artistes de cette trempe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.