Sunwook Kim – Pleyel recital

Sunwook Kim – Pleyel recital – Piano 4 étoiles

Sunwook Kim
Sunwook Kim – Photo : Hajin Ahn

Johann Sebastian Bach – Partita n° 2
César Franck – Prélude, Choral et Fugue
Robert Schumann – Variations « Abegg » op. 1 – Sonate n° 1 en fa dièse mineur op. 11

Une soirée un peu morose hier à la salle Pleyel, à moitié vide : c’était le
dernier concert classique en ces lieux… Les personnes rencontrées n’ayant
qu’une préoccupation : « comment va-t-on faire pour aller là-bas ? » (à la
Villette).Apparaît donc ce jeune pianiste coréen (26 ans) qui attaque rapidement
la Partita. Un programme bien construit, exigeant. Tout au long de ce récital on
aura été admiratif devant tant de maîtrise (quasiment pas un seul accroc dans ce
déluge de notes), de fluidité, de contrôle de la dynamique (et de la pédale), de
rythme, de chant, tout était superbe. Alors pourquoi, mis à part un Choral de
Franck – inratable mais ici merveilleux, on a guère été pris par la musique
alors que pourtant « tout » y était ? Une partita un peu « entre deux », une Fugue un peu noyée, des Schumann très
vivants mais manquant de « Phantasie » ? Peut-être une difficulté à réaliser une
conception d’ensemble aboutie ?

 

On a la même impression en écoutant l’Empereur avec Chung chez DG : une aisance éblouissante, mais on ne se sent guère concerné (ci-dessous un extrait vidéo du concert).

Mais un pianiste d’une classe phénoménale à suivre.

An evening a little gloomy yesterday at the Salle Pleyel, half-empty:
it was the last classical concert here … The people we met had only one
concern: « how will we do to go there? « (La Villette).
Therefore appears this young Korean pianist (26 years) who attacks quickly the Partita. A well-constructed and demanding
program . Throughout this recital we have been admiring before such
mastery (almost not a single hitch in this deluge of notes), fluidity, dynamic
control (and pedal), rhythm, singing, everything was superb. So why, apart from
a Choral by Franck – inratable but wonderful played, I was not taken by the music while yet « everything » was there? Partita a bit « between », a Fugue alittle drowned, a veryaliveSchumann butlackingof « Phantasie »?Perhaps adifficultyachieving an overallsuccessful design? 

I have the same feeling listening to the Emperor with Chung (DG): dazzling ease, but we do not feel concerned (below a video clip of the concert).

 

Anyway a pianist of a phenomenal class to follow.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.