Soirée Gervasoni à l’Institut culturel italien

Soirée Gervasoni à l’Institut culturel italien

Stefano Gervasoni & Franco Venturini
Stefano Gervasoni & Franco Venturini

Belle soirée de musique contemporaine hier soir à l’Institut culturel italien autour de Stefano Gervasoni.
Une introduction était réalisée par Philippe Albèra qui sut trouver les mots justes pour expliciter le parcours et la problématique de composition de Stefano Gervasoni.
On y reviendra dans un compte-rendu de « Le parti pris des sons », ouvrage sur le compositeur paru aux Editions Contrechamps.

Le récital de piano qui suivait permettait d’apprécier la virtuosité de Franco Venturini, lui-même jeune compositeur. On ne se précipite jamais, comme beaucoup, pour se placer de façon à « voir les main » du pianiste. C’était d’autant plus impressionnant de voir son buste quasiment immobile, son visage impassible alors que les partitions étaient bien périlleuses, notamment la sienne « Sur l’aile du tourbillon intelligent », avec une synchronisation presque diabolique entre le jeu au clavier et dans les cordes.

Mais l’essentiel était la musique de Stefano Gervasoni, professeur de composition au CNSMP de Paris, On eut tout d’abord la création du cycle complet des Prés (2008-2015), 3 recueils de 6 pièces chacun. Pré au sens de pré et de pré-fixen prétexte à des titres en jeux de mots (Pré public, prémisse, prémices…). Ces 18 petites pièces sont basées sur des figures simples ; l’auteur joue sur la mémoire de l’auditeur : un peu comme en variétés quand on sent que telle rengaine sera bien répétée quatre fois et qu’une cinquième serait de trop, ici c’est quand on s’attend au retour d’une figure, d’une couleur, que le compositeur nous détourne du chemin pressenti.  On l’avait déjà perçu en écoutant l’album Dir in Dir : cette musique est vivante, complexe et nous emmène dans un univers poétique original, comme pour la pièce récente Luce ignota della sera pour piano et électronique sur des motifs de Schumann.

On trouve sur le Net nombre d’œuvres du compositeur et également sur son site un extrait de son superbe concerto pour alto.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.