Rencontre avec Serâ Tokay – A meeting with Serâ Tokay

Salle Cortot – 30/3/2013
Serâ Tokay a donné une superbe soirée de musique avec sa Philharmonie de chambre de Lutèce à la salle Cortot.

Sera Tokay à la salle Cortot
Sera Tokay à la salle Cortot

Au programme :
Berg : Wozzeck interlude
Schönberg : Kammersymphonie no.1 op.9
Dvorak : Sérénade op. 44
Stravinsky : Tango

Vidéo


Next concert at Carnegie Hall – January 28, 2014


Rencontre avec Serâ Tokay – A meeting with Serâ Tokay

Serâ Tokay
Serâ Tokay
Nous avons eu la chance de rencontrer aujourd’hui (7/10/12) la chef d’orchestre Serâ Tokay, personnalité très attachante au parcours déjà riche et complexe : cette française, née à Istanbul d’une famille d’ascendance russe a fait ses études de direction d’orchestre en France et en Suisse et a été notamment l’élève de János Fürst et Vsevolod Polonsky, tout en menant parallèlement des études de philosophie.

Débutant comme chef d’un orchestre symphonique turc de 80 musiciens, soutenu par le maire kémaliste de Sisli, centre d’Istanbul (2005-2009), elle a poursuivi sa carrière comme directrice musicale et chef principal de l’Orchestre Symphonique de Şişli formé de 66 jeunes musiciens diplômés du Conservatoire d’Etat d’Istanbul.
D’une génération qui avait idéalisé l’Europe comme héroïsme de la Raison dans l’esprit de Beethoven et de Hegel, elle voyait le thème de l’entrée de la Turquie en Europe perverti comme levier d’une expansion purement économique. Sur ces entrefaites, l’islamisation systématique de la société turque poursuivie par le gouvernement islamo-conservateur ramenait la musique classique au rôle d’instrument de propagande pour cette entrée de la Turquie en Europe. Un gouvernement qui a répudié la révolution d’Atatürk et son ouverture sur les valeurs universelles du siècle des Lumières ne pouvait pas admettre que la Turquie soit représentée dans le domaine artistique par une femme chef d’orchestre.

Elle vient de créer avec des jeunes du Conservatoire National Supérieur de Paris la Philharmonie de chambre Lutèce, se spécialisant dans son répertoire préféré, celui de la musique du début XXe siècle (Berg, Schoenberg, Webern, Stravinsky, R. Strauss, Hindemith, Britten…). Une particularité de cet orchestre étant qu’il est principalement composé de musiciens masculins : si Serâ ne fait pas d’exclusive, elle n’en préfère pas moins la puissance de jeu des hommes et estime que le rapport chef / musicien est ainsi facilité. Financé en partie par le mécénat, l’orchestre réalise actuellement des tournées en Europe. (On peut la voir diriger dans de nombreuses vidéos postées sur YouTube).

Serâ Tokay mène en collaboration avec des scientifiques une étude de la direction d’orchestre en tant que mode de communication non verbal. Elle s’interroge sur les ressorts cachés de l’anticipation de la battue du chef par rapport aux gestes des instrumentistes. Développant une aptitude naturelle déjà étudiée dans le cas ordinaire de la perception et de l’action, cette anticipation requiert un effort cérébral absolument original auquel les neurosciences commencent à s’intéresser. Entendre le son produit par les musiciens tout en battant un ou deux temps d’avance (comme dans l’école russe : Mravinsky), cette double tâche demande un effort d’autant plus considérable que chaque système musculaire mobilisé a sa propre inertie à surmonter.
Un critère possible de la qualité artistique de la gestuelle du chef, cette anticipation est surtout condition essentielle de la production d’un son symphonique chargé d’idées esthétiques, puisqu’elle créée l’intervalle de communication des informations nécessaires aux musiciens pour imprimer à ce son l’interprétation conçue par le chef.

Ce fut un plaisir d’entendre corroborer par une professionnelle les opinions pour le moins mitigées que l’on a de certaines stars actuelles ou passées de la direction d’orchestre, dont nous tairons les noms.
Plus positivement, parmi les chefs en activité, elle est impressionnée, par exemple, par les qualités de Paavo Järvi ou Marek Janowsky.

Elle vient de diriger avec son orchestre un concert à Genève, le 9/10/12 à l’invitation de la Fondation Igor Stravinsky.

Pour les lecteurs français, sa réaction à propos de la fameuse déclaration de Bruno Mantovani sur les femmes, qui, procréant, doivent assurer le « service après-vente » (ça il fallait le trouver !) :

On aurait bien tort d’imputer à un banal machisme les explications du directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris à l’antenne de France Musique en réponse à l’enquête de la SACD révélant la choquante disparité entre hommes et femmes dans les recrutements de direction d’orchestre en France pour la prochaine saison musicale. La place du personnage dans les institutions musicales en France lui conférant une influence prédominante dans les concours, dans les carrières, et bien sûr, dans les nominations aux postes de direction orchestrale, la vérité, c’est qu’il est un des premiers responsables de cette disparité. L’expression des plus vulgaires préjugés concernant les femmes, destinées, selon lui, par nature à engendrer et élever des enfants au sein de la famille bourgeoise ne vient que comme alibi pour une politique des recrutements artistiques entièrement biaisée par le monopole d’un groupe, dont chacun sait — mais nul n’ose dire — que la solidarité repose sur une certaine préférence sexuelle, dont la misogynie qu’elle inspire n’a qu’une ressemblance trompeuse avec le machisme.

Site de Serâ Tokay
Site de la philharmonie de Lutèce

We had the chance to meet today (10/7/12) the conductor Serâ Tokay, a very interesting personality having lived already a rich and complex course: this Frenchwoman, born in Istanbul in a family of Russian ascent made her conducting studies in France and Switzerland and was in particular the pupil of János Fürst and Vsevolod Polonsky, while undertaking parallel studies of philosophy.

Beginning as director of a Turkish symphony orchestra of about 80 musicians, supported by the kemalist mayor of Sisli, center of Istanbul (2005-2009), she continued her career as musical director and principal chief of the Şişli Symphony orchestra, made of 66 young graduate musicians of the Istanbul State Academy.
Of a generation which had idealized Europe like heroism of the Reason in the spirit of Beethoven and Hegel, she saw the topic of the entry of Turkey in Europe perverted in a purely economic expansion.
Meanwhile, the systematic Islamization of the Turkish society carried on by the Islamic-conservative government brought back the classical music to the role of instrument of propaganda for the entry of Turkey in Europe. A government which repudiated the revolution of Atatürk and its opening on the universal values of the Siècle des lumières could not admit that Turkey would be represented in the artistic field by a woman leader.

She has just created with young musicians issued from the Paris Conservatory the Philharmonie de chambre Lutèce, specializing in her preferred repertory: music from the beginning of the XXe century (Berg, Schoenberg, Webern, Stravinsky, R. Strauss, Hindemith, Britten…). A characteristic of this orchestra being mainly made up with male musicians: if Serâ does not show any exclusive, she does prefer nonetheless the more powerful playing of men and thinks that the relationship conductor / player is thus facilitated.
Financed partly by patronage, the orchestra is currently touring in Europe. (Many videos are available on YouTube).
Serâ Tokay undertakes- in collaboration with scientists- a study of the direction of orchestra as a nonverbal mode of communication. She is interested in the hidden factors of the anticipation of the conductor’s beating versus the gestures of the instrumentalists. Developing a natural aptitude already studied in the ordinary case of perception and action, this anticipation requires an absolutely original cerebral effort in which the neurosciences start to be interested. To hear the sound produced by the musicians while beating one or two times in advance (as in the Russian school: Mravinsky), this double task requires a considerable effort as each mobilized muscular system has its own inertia to surmount.
A possible criterion of the artistic quality of the conductor’s gesture, this anticipation is especially an essential condition of the production of a symphonic sound charged with aesthetic ideas, since it creates the interval of communication of information necessary to the musicians to give this sound the interpretation conceived by the conductor.

It was a pleasure for me to meet agreement by a professional about the mitigated opinions we have about current or ancient conducting stars – we will conceal the names.
More positively, among the actual conductors, she is impressed, for example, by the qualities of Paavo Järvi or Marek Janowsky.

She has just given with her orchestra a concert in Geneva, on 10/9/12, invited by the Igor Stravinsky Foundation.

Serâ Tokay Web site
Philharmonie de Lutèce web site

Serâ Tokay - Philharmonie de chambre de Lutèce
Serâ Tokay – Philharmonie de chambre de Lutèce

Une réflexion au sujet de « Rencontre avec Serâ Tokay – A meeting with Serâ Tokay »

  1. Voilà un bel itinéraire qui donne :
    – à comprendre les limites du modèle turc qui s’applique actuellement à dépasser, bien à tort, le bel héritage kémaliste de la Turquie ;
    – à voir la singularité du parcours artistique de ce chef d’orchestre dont on devine les traits attachants de la personnalité.
    Intéressant développement sur la technique gestuelle des chefs d’orchestre, vue sous l’angle de la communication non verbale.
    A suivre…
    Karim Ouchikh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.