L’orgue de Christophe Marchand

Christophe Marchand -Triton
Christophe Marchand –Triton

Un disque quasi familial et de terroir : Geneviève Thiébaut – co-directrice de la valeureuse maison d’édition Triton – est d’origine ardennaise, amie des deux protagonistes : l’organiste et compositeur Christophe Marchand et son interprète – et ancien professeur – Pascale Rouet – de Charleville-Mézières également, et le tout est enregistré en la basilique de Mézières (entre parenthèses ce qui est originaire de Mézières se nomme macérien).

Le CD s’intitule « musiques en miroirs » en référence aux 1 000 m2 de vitraux de la basilique signés René Dürrbach – un deuxième livret en propose de superbes photos.

Le style de la musique de Christophe Marchand est très ambigu : il mêle syntaxe contemporaine tout en faisant référence en permanence aux grands anciens. Ainsi, dans sa Sonate « À travers les étoiles »(2015), fait-il référence aussi bien à 2001, L’odyssée de l’espace, Interstellar ou Gravity qu’aux Toccatas et Préludes de Bruhns ou Buxtehude.

On notera trois très belles « Orchésographies » basées sur des ostinati, mais inspirées de danses de la Renaissance. Le reste du programme entremêle musiques du passé et écriture moderne, comme l’Étude n°4 « dans l’héritage des toccatas pour l’élévation qu’affectionnaient les compositeurs  baroques d’Italie ou d’Allemagne du Sud (Frescobaldi, Salvatore, Kerll, Froberger) » ou encore Le songe de Jan Pieterszoon Sweelinck (2014). Enfin les Trois danses macabres dédiées au professeur de Christophe Marchand , François Leclère (natif de Charleville), viennent confirmer le solide métier de ce compositeur.

N’ayant pas d’extrait de ce CD à proposer, et les deux protagonistes ayant déjà interprété des œuvres de Régis Campo, voici Pascale Rouet dans son Cappricio.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.