Lectures musicales – Eté 2013

Lectures musicales été 2013

Autobiographies – Georg Philipp Telemann (1681-1767)

Un tout petit livre qui comprend 3 petites autobiographies de ce compositeur si prolixe, qui était à son époque plus admiré que Bach (« contrepointiste à tire-larigot ») ou Haendel, écrites successivement en 1718, 1729 et 1739.

Pas vraiment un livre de plage, mais beaucoup d’humour, parfois peut-être un peu involontaire : la recension de ses enfants issus de 2 lits différents (mais il fut moins actif que Bach : 9 enfants au lieu de 20) et de poursuivre sans transition son catalogue d’œuvres « […] Sept cent arias environ […] »…
Symétrie

  

L’amateur – Jérôme Pernoo

Ce n’est pas parce que l’on est aux antipodes de ses positions esthétiques musicales de son auteur que l’on n’a pas fini la lecture de cet ouvrage.  Relatant – mi-souvenirs mi-fiction – des cours de musique donnés à la campagne avec l’aide d’une maîtresse de maison accueillante, c’est un livre au départ attachant, vivant, bien écrit, à la fois guide musical et roman, donnant sous des airs de fausse modestie la part belle au professeur ; c’est juste un peu longuet. À noter un festival de contrepèteries musicales, un vrai florilège…

 Symétrie

 

 

 

  

L’harmonie est numérique

Je reprends ici simplement la présentation de l’éditeur, dommage simplement que certans articles soient un peu confus, mais tout à chacun doit pouvoir y apprendre quelque chose :

« Saviez-vous que, comme le découvrit Pythagore il y a plus de 2000 ans, la proportion harmonique gouverne les intervalles musicaux ? Que Mozart, inaugurant la musique aléatoire, inventa une méthode pour composer une valse en se servant de dés ? Ou qu’à l’origine même de tout son se retrouvent quatre grandes variables : durée, intensité, hauteur et timbre ? C’est au fond une caractéristique bien particulière de l’art musical que d’entretenir des relations étroites avec les mathématiques. En ce début de XXIe siècle, avec le développement de l’électronique et l’avènement des bits et des bytes, la frontière séparant musique et mathématiques se fait chaque jour plus ténue. Bien souvent en fusion avec l’informatique, la musique contemporaine suppose une arithmétique sous-jacente dont nous avons aujourd’hui pleinement conscience. Mais l’histoire ne dit pas s’il existe, pour autant, une formule de la magie musicale. »
Le Monde

Comment jouer - Éditions Symétrie
Comment jouer – Éditions Symétrie

Comment jouer…

A noter l’excellente série « Comment jouer… », destinée aux pianistes amateurs de haut niveau ou même aux professionnels, avec pour chacun, analyse de l’œuvre, conseils d’interprétation, de doigtés, etc. J’ai passé le nocturne en si majeur op. 9 n° 3 de Chopin à Pascal Amoyel, qui m’en a dit le plus grand bien.
Catalogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.