Jean Cras – Sonate pour violon et piano… – Marie-Christine Millière

Jean Cras – Sonate pour violon et piano – Marie-Christine Millière – Forgotten records

Monument en hommage à Jean Cras - Brest - Cours d'Ajot
Monument en hommage à Jean Cras – Brest – Cours d’Ajot

Il s’agit ici d’une première mondiale : la sonate pour violon et piano n°1 « l’Esprit », première d’un triptyque, avec la sonate pour alto « l’Âme » et pour violoncelle « la Chair », écrite vers 1900. Une œuvre de jeunesse donc pour ce compositeur et marin d’origine bretonne (1879-1932), devenu contre-amiral, qui tira profit de ses longues traversées pour écrire une œuvre finalement abondante, d’une inspiration aussi originale que poétique – c’est d’ailleurs bien la poésie qui ressort de ce copieux programme de musique de chambre.

Si Alexis Galpérine, dans son excellent texte de présentation, insiste sur le fait que Jean Cras s’était tenu à l’écart de tous les courants en -isme- de cette période si féconde pour la musique française, reconnaissons tout de même que, au moins pour la sonate, on se situe bien dans la lignée du « Franckisme ».

Sonate

Son père, officier de marine, ayant participé à des séances de musique avec Jean Cras, il était naturel que Marie-Christine Millière ait pu obtenir et donc exhumer la partition de la sonate pour violon et piano.

Cette oeuvre est classiquement en 3 mouvements et dure une vingtaine de minutes. Si certaines tournures fleurent bon leur Schola cantorum, on est pris par le talent mélodique du compositeur. On notera notamment le mouvement central, Large, d’une poésie rêveuse à la Duparc, dont il fut le disciple. Une œuvre rendue ici avec beaucoup de sensibilité par les interprètes, qui mériterait de rejoindre le répertoire en étant éditée ; on pourrait même envisager, comme pour la sonate de Franck, une transcription pour violoncelle.

Trio à cordes

Les 2 autres pièces du programme ont été enregistrées beaucoup plus tôt, en 1988.
Sans doute la plus belle œuvre de ce programme, ce trio pour violon, alto et violoncelle (1926) est d’une couleur très ravélienne. Curieusement, le 1er mouvement fait penser à certaines pages de Vaughan Williams : on reste dans les pays celtes… Le 2e mouvement mêle un ton Beethovénien et des envolées de kermessse bretonne. 2 mouvements enlevés concluent superbement ce trio.

Quintette pour harpe, flûte, violon, alto et violoncelle

Cette œuvre de 1928, peut-être un peu plus connue, très enjouée, possède un charme irrésistible.

Citons tous les interprètes : outre Marie-Christine Millière, Philippe Bary – violoncelle, Jean-François Benatar – alto, Catherine Michel – harpe,  Thomas Prévost – flûte, Chantal Riou – piano.

Jean Cras - Forgotten records
Jean Cras – Forgotten records

This is a world premiere: the Sonata for violin and piano No. 1 « the Spirit », first of a triptych, with the Sonata for Viola ‘Soul’ and for cello « Flesh », written circa 1900. A work of youth so for this composer and sailor, a Commodore (1879-1932), who took advantage of his long crossings to write a finally abundant work, original and poetic – This poetry arises from this rich program of Chamber music.

If Alexis Galpérine, in his excellent introductory text, points out that Jean Cras was kept away from all currents  of this period so fruitful for French music, we still recognize that, at least for the Sonata, it lies well in the long line of the « Franckisme ».

Sonata

His father, a naval officer having participated to musical sessions with Jean Cras, it was natural that Marie-Christine Millière was able to get and thus exhume the score of the Sonata for violin and piano.

This is typically in 3 movements and lasts about 20 minutes. If sounds sometimes in the Schola cantorum manner, one is taken by the melodic genius of the composer. Note especially the central movement, Large, with a dreamy poetry in the style of Duparc, from who he was the disciple. A work rendered here with great sensitivity by the performers.

String trio

The other 2 pieces of the program were recorded much earlier, in 1988.
Probably the most beautiful work of this programme, this trio for violin, Viola and cello (1926) is in a ravelian spirit. Curiously, the first movement is reminiscent of certain pages of Vaughan Williams, one remains in the Celtic countries… The 2nd movement mixes a Beethovenian and songs from a breton village fair. 2 movements removed conclude this trio.

Quintet for harp, flute, violin, viola and cello

This work written in 1928 , perhaps a little more known, is very playful and has an irresistible charm.

Let’s quote all the interpreters: apart Marie-Christine Millière, Philippe Bary – cello, Jean-François Benatar – alto, Catherine Michel – harp, Thomas Prévost – flute, Chantal Riou – piano.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.