Découvrir Leonid Sabaneïev

Leonid Sabaneïev par Michaël Shäfer
Leonid Sabaneïev par Michaël Shäfer – Genuin

Le site indique « Not only for Russian fans and keyboard enthusiasts! » et c’est bien vrai. 

Amis pianistes qui cherchez chez Scriabine (justement…) ou Ligeti et Takemitsu – quand ce n’est pas  Séverac… – pour sortir des entiers battus, allez voir la musique de Sabaneïev !

« Justement » parce que Leonid Sabaneïev (1881-1968), compositeur – élève de Rimsky-Korsakov et Taneïev, musicologue, critique musical et scientifique russe, fondateur de l’Institut de musicologie de Moscou, fut ami avec Alexander Scriabine (1871-1915) et lui consacra la première biographie en 1916. Il s’exilera en France en 1926.

C’est le 2e et dernier CD consacré par Michael Schäfer à l’intégrale de son œuvre pour piano seul.  Au programme :

5 Esquisses Op. 14 (1914)
Piano Sonata Op. 15, "In Memory of Scriabin" (1916)
Etude-Nocturne Op. 16 (1915/1918)
Passacaglia and Fugue "On the Apocalypse Themes" (1925/1939)

Finalement, Sabaneïev aura peu écrit pour le piano. Les pièces du CD 1 m’on paru plus ouvertement inspirées par Scriabine que celles de celui-ci, malgré la dédicace de la Sonate.

Les Esquisses et l’Etude-Nocturne sont des pièces quasi-orchestrales, souvent dramatiques ou mystérieuses.

La Sonate (d’une demi-heure environ en un seul mouvement), toute en chromatisme, presque atonale, mêle du grand piano à la Rachmaninov à la frénésie de Scriabine.

La Passacaglia et Fugue est inspirée par celle de Bach, BWV 582.

 L’œuvre de Sabaneïev  est particulièrement imposante, notamment sa « fugue » assez ‘apocalyptique’, qui se termine par l’énoncé du thème de Bach avant d’être transformé dans une quasi-polytonalité.

Il faut saluer l’investissement de Michaël Shäfer dans ce répertoire qu’il défend brillamment, compte-tenu des grandes exigences techniques de ces pièces. Bel enregistrement de piano, même s’il sonne un peu métallique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.