David Lively – I got Rythm

David Lively - I got Rhythm - La Musica
David Lively – I got Rhythm – La Musica

Que voilà un CD comportant un programme original peu fréquent dans nos contrées :

Scott Joplin (1868-1917)- Maple Leaf Rag 
Louis Moreau Gottschalk (1829-1969)
Souvenir de Porto Rico - Marche des GiGibaros, op. 31
The Banjo - American Sketch, op. 15
Charles Ives (1874-1954) - Some Southpaw Pitching, Etude n° 21
George Gershwin (1898-1937) - Songbook:
Fascinating Rhythm - My One and Only - Do-Do-Do - That Certain Feeling - Sweet and Low Down - Oh, Lady Be Good! - Do It Again - Swanee - Who Cares? - I’ll Build a Staircase to Paradise -The Man I Love-  I Got Rhythm
Aaron Copland (1900-1990)
Four Blues, Freely poetic - Four Blues: Soft and languid - Muted and sensuous - With bounce
Samuel Barber (1910-1981)  Excursions, op. 20 :
Un poco allegro - In slow blues tempo - Allegretto - Allegro molto
William Albright (1944-1998) -  Five Chromatic Dances - Hoedown
Elliott Carter (1908-2012) - Two Thoughts about the Piano: Intermitten - Caténaires
William Bolcom (1938*), The Garden of Eden: The Serpent’s Kiss

Je n’ai pas voulu faire ce papier trop avant la sortie du disque(demain), à l’occasion du récital de Dadid Lively qui aura lieu demain à Gaveau mais ne pourrai en être.

David Lively (1953*) est actuellement directeur des concours de l’École normale de musique de Paris. Il y a effectivement du rythme et du ‘lively’ dans ce CD ! Saluons ce programme mêlant tubes légers américains et quelques pièces d’une grammaire plus audacieuse.

On admira tout du long la maîtrise technique et l’engagement du pianiste, à commencer par un pétulant rag de Joplin. On passera sur les plus convenus mais néanmoins agréables pièces de Gottshalk, jouée avec brio et de façon très sonnante – une constante de ce disque où il ne faut pas chercher quelque langueur impressionniste ou romantique : de la danse et des grands espaces ! Ives, au langage bien plus inventif, s’insère bien en tant qu’Américain (quelques relents de rag time dans cette petite étude de 2′).
Je passe sur les Gershwin, joués avec toute la verve requise.  Belles partitions de Copland et Barber, tout à tour bluettes ou de circonstance – on m’aura compris, mais encore une fois très bien rendues. La pièce de William Albright nous donne à savourer de beaux chromatismes, mais avec aussi un rythme effréné, jouée avec tout le brio requis.

Pièces plus contemporaines, mais toujours avec ce parfum américain, d’Elliott Carter, pièces de la fin de sa vie auxquelles le pianiste aura collaboré, pièces plus sévères, même si la deuxième a un côté ludique Enfin la dernière pièce est la seule d’un compositeur encore vivant, William Bolcom, très « Scott Joplin » façon un peu bruitée .

Un programme bien rafraîchissant et magnifiquement interprété (et bien enregistré avec un livret toujours aussi documenté de Sylviane Falcinelli).  

Les extraits devraient être disponibles demain :

3 réflexions sur « David Lively – I got Rythm »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.