Dai Fujikura – ice : Great or fake ?

Dai Fujikura - ice - Kayros
Dai Fujikura – ice – Kayros

Dai Fujikura – ice

Un CD mondialisé : un compositeur japonais établi à Londres, un ensemble de musique contemporaine américain (ICE : International Contemporary Ensemble) et un éditeur autrichien. 6 œuvres :

  1. Sparks (2011) pour guitare – 1’25
  2. ice (2009-10) pour ensemble – 21’17
  3. Phantom Splinter (2009) pour ensemble et électronique en temps réel – 23:53
  4. Abandoned time (2004-06)  pour guitare électrique et ensemble – 8’57
  5. I dreamed on singing flowers (2012) électronique enregistrée – 4’22
  6. Sparking Orbit (2013) pour guitare électrique et électronique en temps réel- 17’18

Conseil d’écoute : 1, 6, 4, 2, 3 & 5. Réaction rare de ma fille quand j’arrive à mettre de la musique contemporaine sur la chaîne : c’est ‘chelou’ mais ça s’écoute… Cela m’a mis la puce à l’oreille… Je ne publie que des articles sur des œuvres qui m’ont plu – cf. ici  – j’aime beaucoup ce compositeur mais trouve ce CD un peu faible au niveau de l’inspiration musicale. Kairos me dit que cd CD connait pourtant un vrai succès aux USA et UK. 3 pièces avec guitare : Le 1, superbe solo de guitare, est repris dans le 6 avec traitement électronique pour plus de 17′ : le début propose des grands à-plats électroniques, agréables mais un peu convenus. Ça varie un peu à partir de 4’40 avec des sonorités cristallines à la guitare, à 7’30, la sonorité de la guitare devient rauque, bref une succession de passages oniriques, avec de belles trouvailles, mais ça lasse un peu. Le 4, malgré toute la virtuosité des musiciens (et avec des sonorités aussi étranges qu’avec l’électronique, mais plus frappantes), est un peu bavarde. 2 : « ice » qui donne le titre de l’album : un instrumentarium « napolitain » (mandolines), une pièce avec une certaine énergie interne, des sonorités inédites, mais j’y ai trouvé beaucoup de redondances, bref c’est assez décoratif même si l’on apprécie l’élégance et l’originalité de l’écriture, dans une sorte d’ambiance « zen » qui peut plaire. 3 : Des cantilènes se succèdent dans une orchestration sophistiquée, mais il ne se passe rien. 5 : Musique électronique : c’est aussi très agréable mais ça passe sans que l’on s’en rende compte. A vous de juger :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.