Beethoven – Diabelli variations – Sviatoslav Richter

Beethoven – Diabelli variations – Sviatoslav Richter

Beethoven - Diabelli variations - Svjatoslav Richter

 

Disons-le d’emblée, comme pour Carlos Kleiber – cf., on n’est pas fan de ce pianiste, contrairement à l’écrasante majorité des mélomanes et des critiques, au moins français. Impérial dans Prokofiev, ses interprétations de concertos nous ont souvent laissé de marbre (le pire : celui de Dvorak avec Kleiber justement, chez EMI), quelques Debussy étranges, des Tableaux chez Philips (1959, je crois) encensés par la critique mais qui nous laissaient également froid. Bref, on ne connaît pas son immense discographie (lui qui n’aimait pas enregistrer, comme un certain Sergiu…), mais il  nous a toujours laissé l’impression d’une pianisme un peu gris, un peu genre alla Hindemith. Je m’arrête, je me suis fait assez d’ennemis pour l’instant !

Ce n’est pas parce que cela nous plaît guère qu’on en conclura – comme pour Kleiber – qu’il s’agit là d’artistes de seconde zone, loin de là.

Mon ami Pierre Barbier a bien voulu m’envoyer ce SACD et c’est pourtant un plaisir de rendre compte de cette prise de concert de 1986 à Prague, remastérisée remarquablement, comme toujours par ses techniciens tchèques. L’album présente donc ces Diabelli données à Prague le 18 mai 1986 ainsi qu’une version de la sonate op. 110 datant de 1965.

Certes, pas un sourire dans cette interprétation – déjà le thème, bien droit – quelques piano subito un peu intempestifs et comme téléphonés – mais… on rend les armes devant une telle maîtrise en concert, tant de l’instrument – à peine quelques légers accrocs – que de la partition. De cette volonté de faible différenciation des timbres naît une concentration très forte sur la structure de la partition, et là, on est gâtés !

Voici le thème, en partition (version complète ici) et dans cet enregistrement de Richter.

Let us tell it from the start, as for Carlos Kleiber – cf, we were not a fan of this pianist, unlike the majority of music lovers and critics, at least French ones. Imperial in Prokofiev, his interpretations of concertos didn’t appeal to us (worst: the Dvorak’s with Kleiber precisely, EMI), some strange Debussy, Picture at an exhibition –Philips (1959, I believe) praised by the critics but which left us also cold. In short, one does not know his immense discography (for someone who did not like to record, like certain Sergiu…), but it always left us the impression of a little gray pianism, a little on Hindemith side. I stop, I have made enough enemies for the moment!

It is not because we hardly like that that we  mean – as for Kleiber – that they are there artists of second zone, far from there.

My friend Pierre Barbier sent me this SACD and it is however a pleasure of giving an account of this concert of 1986 in Prague, remarkably remasterized , like always by his Czech technicians.

The album presents these Diabelli given in Prague on May 18, 1986 as well as a version of the sonata op. 110 going back to 1965.

Not a smile in this interpretation – some piano subito a little inopportune and as telephoned – but… you are just overwhelmed in front of such a control in concert, such mastery of the instrument – hardly some light false notes – and of the score. From this weak differentiation of the tones is brought a very strong concentration on the structure of the score…
Here is the theme, score (complete here) and Richter’s playing.

Diabelli variations - Thema

 

 

Pour le pianiste nul que nous sommes, ce thème est relativement jouable avec un peu de travail, mais quant à le rendre si bien rythmiquement… le reste est sidérant de difficulté, comme est  sidérante la maîtrise tant cérébrale que digitale du pianiste, sans bien sûr parler de la partition où Beethoven semble déployer tout son génie à se moquer par les moyens les plus sophistiqués du thème proposé, une sorte de hargne si bien rendue par Richter.

Un exemple, mais tout serait évidemment à citer, la variation 19 :

 

Finalement… gloire à Richter !

Pour une analyse profonde et… technique de l’œuvre, cf. celle – encore incomplète sur son site – de Philippe Manoury et Sur Veränderungen (… deuxième sonate…), œuvre de Manoury, nouvelle transformation des transformations du thème de Diabelli par Beethoven…

For a null pianist as we are, this theme is relatively playable with a little work, but as for giving it so well rhythmically… The remainder is striking of difficulty, as is striking the control as well cerebral as digital of the pianist, without of course speaking about the partition where Beethoven seems to deploy all his genius to make fun with the most sophisticated means about the theme, a kind of aggressiveness returned so well by Richter. 
An example, but obviously every variation should be quoted, variation 19:

 

Finally, glory to Richter!

Autres rééditions de Richter chez Pragadigitals :

FRANZ SCHUBERT : Piano sonatas D. 960, 664, Impromptu D. 899 - S. Richter

Franz Schubert : Piano sonatas D. 960, 664, Impromptu D. 899 – S. Richter

 

FRYDERYK CHOPIN : Etudes Opp 10, 25, Ballades Op 23, Nocturnes - S. Richter

Fryderyk Chopin : Etudes Opp 10, 25, Ballades Op 23, Nocturnes – S. Richter

Other reissues by Richter at Pragadigitals :

Edvard Grieg - Antonin Dvorak : Piano concertos - S. Richter

Edvard Grieg – Antonin Dvorak : Piano concertos – S. Richter

 

Sergei Rachmaninov : Piano concertos Nos 1 & 2 - Svjatoslav Richter - Kurt Sanderling

Sergei Rachmaninov : Piano concertos Nos 1 & 2 – Svjatoslav Richter – Kurt Sanderling

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.