Arvo Pärt – Julien Teyssandier

Arvo Pärt – Julien Teyssandier

Arvo Pärt - Julien Teyssandier
Arvo Pärt – Julien Teyssandier – Site de l’éditeur

Mise au point

Combien de fois n’ai-je entendu « la musique contemporaine, j’aime pas, mais Arvo Péèêrt, j’aime bien » (pire : remplacer Pärt par Glass…). Une anecdote : alors que je préparais mon papier sur Denisov et m’assoupit en écoutant sa musique sur YT, à mon réveil, je me dit « qu’est-ce que cette m…. » : YT était passé à de la musique de Pärt…
C’est dire si je regardais d’un œil dubitatif cet ouvrage d’un auteur qui se destinait auparavant à la composition musicale.  Mais la page 43 m’a rassuré sur ses positions esthétiques : « […] Et je ne crois pas à la critique systématique de l’atonalité, pas plus qu’à un retour – aussi académique que ce qu’il prétend dénoncer – vers une forme de classicisme. Les néo-tonaux comme Karol Beffa n’ont souvent qu’une seule eau à la bouche, celle d’une musique normée qui exclut par principe tout ce qui pourrait la contester. Curieuse méthode. Car il n’y a pas les choses qui marchent d’un côté et celles qui ne marchent pas de l’autre : il y a la poésie et son refus » […].

Point de vue

Si l’ouvrage présente quelques redites (voulues ? : les grains de pollen lumineux, le bleu de la ville), la lecture de cet été à Tallinn s’avère prenante, façon construction musicale au travers justement de certains thèmes récurrents et du parallèle entre les émotions de l’écrivain – via Tallinn et son double, sa compagne d’un été – et la description quasi chronologique de l’œuvre de Pärt, du dodécaphonisme au « tintinnabulisme ».
L’auteur voit une prémonition des « tintinnabuli » dans les adagios de Mahler, le quatuor à cordes de Fauré, quelques pièces de Debussy, Webern ou le mutisme de Sibelius ou encore des pièces de Takemitsu ; j’ajouterais volontiers à cette liste le Jardin du sommeil d’amour. Certaines musiques sont prenantes ou prégnantes au premier abord, elles ont parfois un goût de trivial à leur réécoute. L’auteur concède que certains peuvent ne pas aimer cette musique. En écoutant les œuvres que j’ai collationnées ci-dessous, je dirais que j’ai trouvé les œuvres de la première période bien intéressantes… Mais c’est un ouvrage précieux pour les ‘fans’ du compositeur estonien et qui révèle bien des connexions musicales au fil des siècles pour les autres.
La musique contemporaine, j’aime bien, Arvo Péèêrt, ça peut aller.

Illustrations

L’éditeur souligne qu’il faudrait écouter du Pärt avant d’aborder la lecture ; je propose ci-dessous (avec les numéros de page de cet ouvrage non chapitré) quelques illustrations : lieux, œuvres, compositions de Pärt – et d’autres de compositeurs cités, disponibles sur le net.

8

Raejoka Plats

 

 

 

 

 

 

 

 

Eglise Saint-Olaf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11

Citadelle Tompea ?

 

 

 

 

 

 

12

Eglise Saint-Nicolas

 

 

 

 

 

 

 

 

Danse macabre – Berndt Notke

16

17

Baie de Töölo

 

 

 

 

 

 

 

 

Trolley Solaris Trollino 12

 

 

 

 

 

 

 

 

19

Paide

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23

25

31

Cathédrale Alexandre Nevsky

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

34


35

41


43

47

51

Giotto – Le prêche aux oiseaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

53

Château de Kadriorg (Catharinenthal)

 

 

 

 

 

 

 

 

55
57

65

68

73

Gaudier-Brzeska

 

 

 

 

 

 

 

 

77

85

Cimetière de Pirita

 

 

 

 

 

 

 

87

88

90

99

109

ïle de Hiiumaa

 

 

 

 

 

 

 

 

115

Linnahall

116


117

118

133

Kesklinn

 

 

 

 

 

 

 

 

135

Château de Glehn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
141

152

Vadabuse väljak

 

 

 

 

 

 

 

 

Cromatico

 

 

 

 

 

159

169

175

Nicolas Hilliard – Phénix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
176

185

Picasso – Enfant à la fleur 
187

194

Chardin – La raie

 

 

 

 

 

 

 

 

195

Tour Kriek in de KöK

 

 

 

 

 

 

 

 

222

227

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.